Ce mardi, je flâne dans le secret des bibliothèques …

Deux citations très percutantes par leur vérité, et qui nous mettent face au monde dans lequel on vit aujourd’hui, un monde où tout doit être rentable, même la culture …

… Deux phrases donc qui nous mettent en garde 

… Deux phrases qui font écho à ma conception de la société : une société en croissance économique, c’est bien, les gens sont riches; mais s’ils n’ont pas accès à la culture ils ne peuvent s’épanouir et accéder au bonheur, or il me semble que ce doit être l’objectif de l’Etat : permettre l’accès au bonheur par ses citoyens … 

… Et enfin deux phrases qui me remotivent pour défendre encore et encore les bibliothèques, l’un des seuls lieux où la culture est défendue en tant que bien commun à l’humanité…

« Une société de producteurs et de consommateurs, qui ne se soucierait que de rentabilité immédiate, serait sans doute très performante à court terme; mais en cessant le retour vers ce qui fut, elle perdrait toute profondeur et tout avenir, car elle signerait l’arrêt de mort de la civilisation qui l’a fait naître et qui jusqu’alors lui donnait sa substance. Certains aujourd’hui jugent inessentielles les lettres, la philosophie et l’histoire au prétexte que le progrès des sciences nouvelles les aurait frappées d’obsolescence. Aurions-nous donc subitement cessé d’être humains au point que les humanités puissent nous apparaître comme des vieilleries « ornementales » sans doute formidables mais dont on ne voit pas vraiment pourquoi il faudrait y consacrer du temps et de l’argent ?

Et encore :

« Les humanités ne peuvent se plier à cette exigence d’instrumentalité, parce qu’elles participent elles-mêmes de la finalité humaine; elles sont ce pour quoi les hommes vivent, deviennent, s’illustrent et sont ce qu’ils sont. La bibliothèque est la châsse où est gardée la mémoire de leurs faits, de leurs pensées et de leur œuvre. On pourrait imaginer que toutes les bibliothèques du monde seraient reliées entre elles par des galeries secrètes et que le lecteur, le chercheur, parcourrait indéfiniment tout au long de sa vie ce même et unique labyrinthe. »

A lire dans : 

Une réponse à “Ce mardi, je flâne dans le secret des bibliothèques …

  1. « On pourrait imaginer que toutes les bibliothèques du monde seraient reliées entre elles par des galeries secrètes et que le lecteur, le chercheur, parcourrait indéfiniment tout au long de sa vie ce même et unique labyrinthe.”

    Très belle phrase, tu me donnes envie de lire ce livre! C’est un article qui donne envie, je le note dans ma LAL!

N'hésitez pas à laisser un p'tit mot !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s