Voici la suite de la saga ! Aujourd’hui, retour sur la fondatrice de la maison d’édition, son parcours et ce qui l’a amené à créer cette maison ! Bonne lecture !

Sabine Wespieser évoque souvent son goût très prononcé pour la littérature, dès l’enfance : elle découvre le pouvoir des lettres en lisant La Chartreuse de Parme, de Stendhal1. Après des études littéraires, elle enseigne pendant trois ans en lycée, mais elle déplore le fait de devoir pratiquer plus de pédagogie que de littérature. En 1986, elle se demande alors dans quel secteur elle voudrait travailler, pour être au plus près de la création littéraire, surtout contemporaine. Dans une interview pour le Centre national du livre, elle avoue avoir voulu « [se] retrouver là où la littérature était en train de se faire »2. Son idéal était de maîtriser toutes les étapes de la création d’un livre : lire, accompagner un auteur, le défendre, lui faire trouver son public. En fait, porter vers le plus grand nombre des textes que l’on a appréciés.

Elle demande alors à faire un stage dans une maison d’édition : Actes Sud est le premier à accepter en 1987. Ce stage lui ouvre les yeux sur le métier d’éditeur, mais elle continue à enseigner encore un an. C’est alors que les éditions Actes Sud lui propose un poste d’assistante éditoriale, à un moment où la maison connaissait ses premiers gros succès, avec la vente des titres de Paul Auster par exemple. Peu de temps après, elle prend la tête de la collection de poche Babel, poste qu’elle occupa jusqu’en 1999. Cette expérience d’une collection de poche exclusivement dédiée à la littérature aura une influence importante sur le développement de sa future ligne éditoriale. Ce seront ses années de développement et de maturation.

Mais elle est dotée d’une personnalité très indépendante : elle finit par quitter cette maison, devenue trop importante à son goût; elle reste, quant à elle, attachée à une logique plus artisanale de l’édition, entretenant le moins de rapports possibles avec une logique industrielle. Ne se sentant cependant pas encore prête à monter sa propre maison d’édition, elle fait un passage d’un an à Flammarion, en tant que directrice littéraire de la collection Librio, où elle se trouve confrontée à des contraintes du métier, en particulier à des impératifs de bénéfice, qu’elle n’avait pas rencontrés à Actes Sud de manière aussi visible.

Enfin, en 2001, grâce à un petit héritage, elle se décide et investit avec son mari : les statuts sont signés le 11 septembre. A ce moment-là, elle donne elle-même une définition de sa politique :

J’ai voulu ma maison petite, artisanale, mais capable de réagir très vite, avec la puissance d’une grande3.

Pour elle, cela implique une responsabilité totale sur ses publications, à travers des choix qui lui sont personnels. Ces premiers investissements lui permettent de faire face aux difficultés auxquelles se heurte une nouvelle maison d’édition, dans un paysage éditorial déjà très fourni. Elle démarre réellement en 2002 : venus d’Actes Sud, Roland Belleret et Vincent Borel sont les premiers à y être publiés. Elle a tenu à afficher dès le début une identité forte, à travers ces ouvrages singuliers, car pour elle, la forme produit du sens : elle a ainsi acquis une certaine visibilité dans les librairies. Elle publie aujourd’hui une dizaine de titres par an, un par mois, principalement des textes de fiction, étrangère et française; et œuvre pour la construction d’un catalogue, autour d’une cinquantaine d’auteurs. Celui-ci compte désormais quatre-vingt titres. Elle participe aujourd’hui du renouvellement du secteur de l’édition littéraire, secteur légèrement en recul ces dernières années4.

1. MASSOUTRE, Guylaine, « Profession : Editrice littéraire », Le Devoir, Novembre 2008, disponible sur < http://www.ledevoir.com/culture/livres/219446/profession-editrice-litteraire > (consulté en octobre 2009)

2. CENTRE NATIONAL DU LIVRE, « Sabine Wespieser, Editeur », CNL, Juillet 2007, disponible sur < http://www.centrenationaldulivre.fr/?Sabine-Wespieser > (consulté en octobre 2009)

3.« Sabine Wespieser, un éditeur dont le goût est devenu celui des autres », Blog A bride abattue, 6 avril 2008, disponible sur < http://abrideabattue.blogspot.com/2009/04/sabine-wespieser-un-editeur-dont-le.html > (consulté en octobre 2009)

4. BESSARD-BANQUY, Olivier, L’Edition littéraire aujourd’hui, Presses Universitaires de Bordeaux, Bordeaux, 2006

A suivre … (Episode 1 / Episode 3 / Episode 4)