Je suis tombée ce matin sur une page de Paris.fr qui reprenait un article publié en 2010 dans àParis. Or il m’a interpellé car il parlait d’Albert Camus, un de mes écrivains préférés ! Cet article reprend tous les lieux parisiens qu’a fréquenté Camus au cours de sa vie : voyage au coeur d’un écrivain humaniste et révolté …

Prix Nobel de Littérature en 1957, on a beaucoup entendu parler d’Albert Camus en 2010, en raison du cinquantenaire de sa mort. Journaliste, romancier, homme de théâtre mais aussi philosophe, il a exploré des domaines très divers, tout en touchant au plus près la tradition humaniste française. Représentatif d’une époque tumultueuse, tant sur le plan idéologique qu’historique, il s’est imposé comme un symbole incontestable de la vie intellectuelle française de la seconde moitié du XXème siècle.

J’avais abordé cet auteur en classe de 1ère avec La Peste qui était au programme, et j’avais adoré ce livre ! Depuis, a commencé une longue histoire d’amour avec Albert Camus, qui s’est renforcé puisque j’ai habité 2 ans à Aix-en-Provence, où il est régulièrement passé et où sont actuellement ses archives (à la bibliothèque municipale Méjanes, au centre de documentation Albert Camus). Depuis, j’ai relu La Peste, ainsi que toutes ses pièces de théâtre, et mon goût s’est confirmé.

Il y a quelque chose de beau, de fort dans ses ouvrages : que ce soit le combat de Rieux dans La Peste; le décalage de Meursaut dans L’Etranger; la folie de Caligula; l’extrêmisme des Justes. Dans toute son oeuvre, il dresse une galerie de portraits d’hommes extraordinaires, qu’ils soient empereurs ou homme du commun; qui évoluent dans des pays différents et qui pourtant sont étrangement semblables. De l’universalité des caractères et des sentiments …

Mais au-delà de son oeuvre, c’est l’homme que j’admire énormèment. Dans cette idée, je vous conseille de voir le film de Jean Daniel (Camus, une tragédie du bonheur) qui reprend sa vie, son oeuvre, et dresse un portrait de cet homme exceptionnel, profondément humain, qui s’est révolté contre toutes les injustices et s’est battu jusqu’au bout pour ses convictions. J’adhère aux valeurs qu’il défend : l’amour, le bonheur, la justice. Et c’est également lui qui m’a fait prendre conscience que seules ces trois dernières notions permettent de dépasser l’absurdité de ce monde, en se révoltant pour les défendre.

– Pour mieux le connaître, on peut également lire :

. Les derniers jours de la vie d’Albert Camus de José Lenzini

. Camus, solidaire et solitaire, de sa fille Catherine (qui propose surtout un certain nombre de photos inédites)

. Bien sûr la biographie monumentale d’Olivier Todd, Albert Camus, une vie (si vous avez du courage)

. A consulter : Dictionnaire Albert Camus; Jeanyves Guerin (R. Laffont, 2009).Premier dictionnaire consacré à Camus et à son oeuvre, il permet de mieux situer l’importance de l’oeuvre et de la pensée de l’écrivain dans son temps. Il intègre les travaux historiques et critiques les plus récents. Chacune de ses oeuvres est analysée, avec ses grands thèmes, ses notions essentielles et ses personnages.
– Sur son engagement politique et la résistance :

. Les trois guerres d’Albert Camus; Lionel Dubois. Actes du colloque international de Poitiers, 4-5-6 mai 1995. Trois axes pour ce colloque qui traite des positions de Camus à propos des guerres qu’il a traversé : la Seconde guerre mondiale, où l’on retrouve le journaliste et le combattant; la guerre d’Algérie, qui l’a touché dans ses racines; et la Première guerre mondiale, à travers le mythe du père tombé au combat.

. Albert Camus : la révolte et la liberté. (Le Monde Hors série) Un dossier thématique pour aborder globalement deux thématiques principales de l’oeuvre de Camus : la révolte et la liberté, sous l’angle de son engagement.

– Sur son écriture :

. Albert Camus et les écritures du XXe siècle; Sylvie BRODZIAK (Artois Presses Université) Un parcours global sur les spécificités de l’oeuvre de Camus, ses réécritures mais aussi son rapport avec certains écrivains du XXème, la réception de son oeuvre dans le monde, ou encore la révolte comme thème hérité. Une illustration d’une oeuvre bâtie à la confluence d’une multitude d’écritures.

– Sur ses thèmes privilégiés :

. Camus, l’absurde, la révolte, l’amour,  Arnaud Corbic (Éd. de l’Atelier-Éd. Ouvrières, 2003) Une étude philosophique des trois thèmes principaux de l’oeuvre de Camus, pour retracer l’itinéraire de sa pensée en traitant de manière systématique leur évolution, leur traitement et la réflexion humaniste qui les a nourri.

Voilà, j’ai pensé que cet article était l’occasion de revenir sur cet auteur qui compte énormèment pour moi et dont l’oeuvre est intéressante …

A lire :

La Peste

– L’Etranger (et voir le film de Visconti, magnifique adaptation !)

– Caligula

– Le Malentendu

– Les Justes

– L’homme révolté

– Le mythe de Sisyphe