L’auteur

Romancier et essayiste, il a longtemps enseigné la littérature française contemporaine à Aix-en-Provence, puis fut collaborateur dans de nombreux journaux. Il est l’auteur de près de quarante livres, romans, essais, nouvelles. Il a entre autres publié des essais sur la poésie, La Poétique du désir, le roman Un portrait de Sade et des récits dont La Lectrice, adaptée au cinéma par Michel Deville.

Le livre

Marie-Constance décide un jour de passer une petite annonce dans les journaux pour proposer de lire des textes à domicile. Contrairement à l’échec que lui ont prédit ses amis, plusieurs personnes, très différentes, font appel à ses services. Quand la littérature peut éveiller les fantasmes, endormir les douleurs du vieil âge et apporter l’ivresse … jusqu’à ce que ça dérape ! Par l’envoûtement de sa voix, fait-elle trop bien son travail ?

Ce que j’en ai pensé

C’est typiquement un livre que j’ai acheté sur un coup de tête, en passant un jour sur le Boulevard Saint-Michel alors que horreur ! j’avais fini mon livre dans le métro le matin … Je passe donc, et hop je vois ce petit livre dont le titre m’attire bien sûr ! Je regarde la quatrième de couverture et il ne m’en faut pas plus pour me décider ! Voilà comment on fait des découvertes inattendues …

C’est un roman court, sans prétentions, que j’ai trouvé ici. On rentre doucement dans le texte, bien sûr accrochés par les extraits d’oeuvres littéraires qui sont cités. Petit à petit on se laisse prendre par l’atmosphère feutrée, bizarre, un peu malsaine parfois qui accompagne la lectrice chez ses « clients ».

Je suis finalement divisée entre le malaise des situations dans lesquelles elle se retrouve; le sourire face à certaines scènes; l’étonnement vis-à-vis de ce que la littérature peut déclencher; l’énervement car la plupart des gens ne sont pas intéressés par la littérature mais par la lectrice elle-même … La fin est plutôt grotesque, en fait j’avais plutôt hâte d’en finir …

Bref je n’en garderai pas un souvenir mémorable, mais c’était une lecture intéressante. En fait, je l’imagine très bien en film (que je vais essayer de trouver ..)

Incursions dans le texte

« La lecture, la lecture ! … c’est bien beau la lecture mais elle n’est pas un alibi pour n’importe quoi … on peut y trouver à boire et à manger, on a vu en tout cas où elle peut conduire, avec cette affaire … affaire ridicule j’en conviens ! »

« Une lectrice modèle doit être un instrument parfaitement neutre et docile. Un pur outil. Une pure voix. Une pure transparence. Là est sans doute sa limite, mais là est sans doute aussi sa grandeur. »