L’auteur

Écrivain et ancien membre du Parlement britannique, il a écrit entre autres 4 romans « policiers » avec Oscar Wilde comme personnage principal. Il aurait déclaré : « J’ai vécu toute ma vie sous le signe d’Oscar Wilde ». Il connaît par cœur non seulement l’œuvre et la vie de Wilde, mais également cette époque passionnante qu’est la fin du XIXe siècle, aussi bien en France qu’en Angleterre. J’ai déjà commenté le tome précédent, Oscar Wilde et le jeu de la mort.

Le livre

Oscar Wilde nous emmène cette fois de New York à Paris, dans une enquête au cœur du monde théâtral français …

Ce que j’en ai pensé

Gyles Brandeth restitue à la perfection l’atmosphère des milieux cultivés de l’époque, et la personnalité de Wilde dans un roman policier, qui n’est pourtant pas mon genre de prédilection, qui tient bien la route ! Et il est loin d’avoir épuisé sa réserve de bons mots de cet auteur qui j’admire énormèment. Il nous le rend extrêmement proche de nous, et l’on prend conscience qu’il serait sûrement très fatiguant de vivre sans arrêt à ses côtés … 🙂

Mais cela n’empêche pas que grâce à ce roman, j’ai un regain d’intérêt pour toute son oeuvre et je ressors aussitôt mon anthologie en langue originale, pour la placer à côté de ma table de chevet et y picorer de temps en temps … A lire rien que pour la plongée dans le monde littéraire du XIXe siècle !

Ces romans sont donc un bel hommage à l’homme qui, au moment de mourir, déclara : « Ce papier peint est trop laid ! L’un de nous deux doit disparaître ».

Lettre B !

5 / 26