Vous souvenez-vous d’un article où j’ai parlé des nombreuses fermetures de bibliothèques prévues dans les prochaines années en Angleterre ? En peu de temps, ce sont quelques 400 bibliothèques publiques qui devraient fermer en Angleterre. Dans la plupart des cas, les dirigeants locaux expliquent ces fermetures par des réorganisations des services pour un meilleur fonctionnement, ce qui n’est pas une violation du « Public Libraries and Museums Act » de 1964 qui oblige les autorités locales à fournir un service de bibliothèques publiques complet et efficace.

En ce moment, les crispations se sont centrées sur les comtés du Gloucestershire (suppression de fonds de 11 bibliothèques) et du Somerset (fermeture de 10 bibliothèques) …

Eh bien dans cette période de crise, on a enfin une bonne nouvelle !

La Haute Cour de justice anglaise, saisie par les Amis des bibliothèques, vient de décider que les fermetures du quartier de Brent à Londres (la moitié des bibliothèques devaient fermer) étaient illégales, puisqu’elles pouvaient porter atteinte à l’égalité d’accès à l’information sur le territoire anglais, en particulier pour des populations qui sont considérées comme « vulnérables » (personnes âgées, mères célibataires, personnes handicapées). Et que même des obligations de réduction de dépenses ne pouvaient justifier la création de ces inégalités.

Si cette décision n’est pas appelée à faire jurisprudence puisque chaque cas doit être examiné en regard de la loi, elle donne des arguments supplémentaires aux défenseurs des bibliothèques, en particulier au Gloucestershire et au Somerset.

 

C’est un très grand pas en avant pour nos amis anglais, et j’espère que cela va leur redonner espoir quant à l’avenir de leurs bibliothèques, principalement dans les régions rurales pour qui se sont souvent les seules structures culturelles de la communauté, et le seul lieu de rencontre et de partage.

En tout cas, je retiens l’importance des Sociétés des Amis des bibliothèques, qui sont extrêmement actifs dans cette lutte. De quoi faire réfléchir les bibliothécaires français …

Pour information, un bon article sur le sujet dans le Petit Journal, qui résume bien la situation.