L’auteur

Libraire et éditrice, elle s’installe à Paris en 1916 et ouvre sa propre librairie en 1919, Shakespeare and Compagny tout d’abord au 8 rue Dupuytren, puis elle déménagera en 1921 au 12 rue de l’Odéon. En 1922, elle publie la version originale du roman de James Joyce, Ulysse dont Adrienne Monnier publiera la première traduction française en 1929. Inquiétée lors de l’Occupation allemande, elle est forcée de se cacher et de fermer la librairie.

Le livre

Dans cet essai-roman publié en 1956, Sylvia Beach relate l’aventure de Shakespeare and Compagny, qui est le reflet de la littérature américaine de l’entre-deux-guerres et nous offre ainsi un passionnant documentaire sur cet aspect peu connu de la vie parisienne. On y devient intime avec James Joyce, Fitzgerald, T.S. Eliott, et tous les grands pontes de la littérature qui viennent respirer un peu de l’air parisien …

Ce qu’on y trouve

– Une librairie mythique

– La passion et le désintéressement d’une femme qui a contribué à faire connaître la littérature anglo-américaine en France, en particulier des auteurs considérés comme la « lost generation« . On pouvait y trouver des ouvrages interdits aux Etats-Unis et en Angleterre

– Une effervescence littéraire et la mise en valeur d’auteurs célébrés (français ou anglo-saxons) à l’époque, que l’on connaît moins aujourd’hui, ce qui me donne envie de les découvrir

– Des tonnes de détails sur la vie de Joyce à Paris et la manière dont il a écrit Ulysse, livre qui a d’ailleurs été interdit de publication aux Etats-Unis et en Angleterre.

– Des photographies de ces grands auteurs, autour de Sylvia Beach ou dans la librairie. Très chouette !

Conclusion

Ce livre a même réussi à me donner envie de lire Ulysse !

J’ai fait des recherches sur la vie de Sylvia Beach après la guerre mais je n’ai pas trouvé grand chose. Elle n’a jamais rouvert la librairie. Celle qui existe aujourd’hui à Paris (et que je vous conseille de visiter) a été ouverte en 1951, sous le nom Le Mistral par l’Américain George Whitman 37 rue de la Bûcherie. C’est à la mort de Sylvia Beach en 1962, que le nom de la librairie fut changé en Shakespeare and Company. Dans les années 1950, beaucoup d’écrivains de la beat generation (Allen Ginsberg, Gregory Corso, William Burroughs) y logèrent.

A découvrir absolument !