Eh non Romain Gary n’est pas mort … !

En tout cas, pas avant le 17 décembre, fin des représentations de Jacques Gamblin au 104 à Paris, qui pendant 2h se met dans la peau de ce grand auteur. Au point qu’on finit par les confondre et oublier qu’il joue …

Romain Gary

ET

Jacques Gamblin

ça donne ça :

C’était donc vendredi 9, avant-hier, que je me suis rendue, toute excitée, à cette lecture exceptionnelle faite par un acteur exceptionnel d’une œuvre exceptionnelle (bon d’accord, un peu trop d’exceptionnel dans tout ça !)

La nuit sera calme est une œuvre de Romain Gary, publiée en 1974, et composée d’entretiens fictifs avec François Bondy, ami d’enfance de l’auteur. Ils traitent d’un peu de tout : sa mère, ses amours, la guerre, le début de sa carrière diplomatique, son poste à l’ONU. Gamblin a donc enregistré toutes les supposées questions de Bondy, et il y répond, se mettant dans la peau de Gary. Moi qui n’est découvert cet auteur que très récemment (rappelez-vous ! c’était mon premier article ..) j’avais hâte de voir si mon impression très positive de ses oeuvres, sa personnalité et ses idéologies, allait se confirmer.

Et bien je suis heureuse de vous confirmer que ce fut le cas ! Non seulement l’interprétation de Gamblin était parfaite, évitant le piège du pathos de certaines situations, il nous a laissé totalement maître de notre interprétation, de nos émotions; humm je disais donc, non seulement l’interprétation de Gamblin était parfaite, mais, ce qui n’enlève rien (!), les extraits choisis de l’oeuvre l’étaient fort bien ! Ils étaient parfaitement représentatifs de tout ce qu’il y a de provocant, d’anti-conventionnel chez Gary, mais ils sondaient également la profondeur de sa tristesse et de son amertume envers la course du monde (juste après la crise pétrolière…). J’ai beaucoup appris sur sa vie, son mode de pensée et j’ai été conquise par son humanisme, la justesse de ses réflexions, qui sont pour la plupart, toujours d’actualité aujourd’hui. Pour moi, c’est un homme de la même trempe (de la même génération, avec un parcours assez proche) d‘Albert Camus, qu’il cite d’ailleurs.

J’ai malheureusement vainement cherché le texte hier, sinon je vous aurais mis quelques citations pour vous faire comprendre l’alliance entre beauté de la langue, finesse, humour et subtilité d’esprit dans cette œuvre où Romain Gary se raconte .

Aller le voir si vous pouvez ! vous ne serez pas déçus  !

De mon côté, je continue ma découverte de cet auteur, comme vous vous en rendrez rapidement compte …

PS : Si vous voulez en savoir plus sur Romain Gary, n’hésitez pas à vous rendre sur le nouveau blog de Delphine, entièrement consacré à cet auteur ! C’est par !