Un article un peu spécial sur une nouvelle envoyée par l’auteur lui-même, la dernière née de ses écrits et réflexions personnelles dont il parle sur son blog, Révolution personnelle. « Jean-Philippe Touzeau est un écrivain respecté dans la blogosphère francophone. Ses articles, aussi bien des essais que des œuvres de fiction, sont lus par des dizaines de milliers de lecteurs, l’un de ses textes ayant même été choisi comme sujet au bac de français en Algérie. » (biographie Amazon)

Deux choses m’ont gêné au départ :

1) Vous devez avoir compris, depuis le temps, que je ne suis pas vraiment adepte de la forme littéraire de la nouvelle.

2) Je n’aime pas lire sur écran.

Mais l’excitation à l’idée de faire partie de la petite poignée de privilégiés qui viennent de découvrir un nouveau texte, et parmi les premières à en parler, a pris le pas sur ces obstacles …

Et puis je ne me suis pas posée la question une seule seconde à peine ce texte terminé (je ne dis pas à peine ce livre fermé puisque c’était un fichier PDF …), de ne pas en parler ici. C’est bien simple, cette nouvelle, d’une trentaine de pages, se lit rapidement une première fois, plus lentement une deuxième. Et j’ai dû laisser passer quelques temps avant d’en parler, laissant mûrir la réflexion que ce texte a déclenchée en moi.

Dans ce court texte, on sent un style maîtrisé, abouti, associé à une profondeur d’esprit et de réflexion qui m’a beaucoup touché.

La nouvelle est divisé en 4 parties :

– Le prologue, avec l’introduction du personnage essentiel du texte, et l’évocation d’une mystérieuse mission dans l’espace.

– Le début d’une nouvelle histoire (ce qui déstabilise …) avec la partie « Obscurité » où l’on voit l’humanité basculer au-dessus du seuil de 50% qui représente l’équilibre entre négativité et positivité de la planète.

– Une troisième histoire avec la partie « Lumière » dont je ne vous parlerai pas sous peine de dévoiler l’intérêt de la nouvelle, et le début de notre compréhension d’où Mr Touzeau veut en venir …

– L’épilogue qui donne la clé de tout et m’a laissé … rêveuse …

Dans ce texte dystopique, Jean-Philippe Touzeau propose une réflexion sur l’histoire de l’humanité et la condition humaine; nous incitant à prendre du recul vis-à-vis de la vie que nous menons actuellement, une vie de confort où tout nous semble dû, et où pourtant les hommes ne sont pas heureux. Or pour Jean-Philippe Touzeau, sans optimisme, sans bonheur, il n’y a pas de créativité possible et l’humanité ne peut que régresser. En forçant le trait et en frôlant le catastrophisme, il nous fait faire un véritable voyage vertigineux dans le temps qui interroge l’homme particulier, la société et le genre humain tout entier.

Au final, j’en suis venue à me dire que la forme de la nouvelle était parfaite pour ce texte. Il ne nécessitait pas forcément plus de développement, nous laissant une interprétation et un niveau de réflexion assez libres. Et la conclusion c’est qu’on en ressort plutôt optimistes nous aussi !

***

Merci à Jean-Philippe Touzeau pour l’envoi de cette nouvelle.

Vous pouvez en lire un extrait sur cette page

Enfin, j’en profite pour me faire le relais de deux informations :

– Vous pouvez acheter le texte sur cette page Amazon. L’auteur offre la version pdf ou ePub à tout acheteur. Pour cela, il suffit de lui faire suivre, par mail (jp@revoperso.com) le reçu Amazon.

– L’auteur organise, jusqu’au 15 février, un concours par tirage au sort avec un kindle (un vrai !) à gagner. Pour participer, le règlement est sur cette page. En gros, il suffit de faire suivre à l’auteur leur reçu Amazon et j’entrerai leur nom dans la tombola.

 

3/10 !