Bonjour !

Comme toujours, on finit la semaine avec un mot, et l’on bosse un peu sur l’histoire de la langue française !

Aujourd’hui, un mot inspiré de mon emploi du temps récent : calligraphie !

La preuve en image :

J’étais en effet hier à un atelier de calligraphie médiévale, organisé par la médiathèque de Limay (dans les Yvelines, Ile de France). Elle était animée par le calligraphe Thierry Richard, fort sympathique, et qui a bien voulu m’écrire le nom du blog en écriture médiévale …

Mais justement, d’où vient la calligraphie et le terme qui la désigne ?

Provenant de kallos « la beauté » en grec; et de grapho, « écrire », c’est l’art de bien former les caractères d’écriture. Il est attesté en France au XVIe siècle. Presque toutes les civilisations qui pratiquent l’écriture ont développé un art de la calligraphie. En Occident, elle est l’art des moines copistes, mais aussi de grands calligraphes chargés de contribuer au prestige des souverains et de l’aristocratie.

Il existe des dizaines de calligraphies :

Arabes

– Chinoises

– Latines

Dans ce dernier cas, c’est toute l’histoire de l’écriture occidentale qui peut-être retracée par l’évolution des alphabets et de la manière de les transcrire :

L’alphabet latin des débuts a donné naissance à une multitude de variantes regroupées en familles (dont des branches mortes) :

  • les écritures romaines :
    • capitale, rustica, quadrata, onciale, semi-onciale ;
  • les écritures insulaires (celtique) ;
  • les écritures caroline puis gothique primitive ;
  • les écritures gothiques :
    • textura, capitales lombardes, bâtarde anglaise et bâtarde flamande, rotunda, cursive ;
  • les écritures humanistiques :
    • capitales, chancelière (cancellaresca, ou écriture de chancellerie, également appelée pour l’imprimerie « italique ») ;
  • les écritures françaises classiques : ronde, bâtarde, coulée
  • les écritures anglaises
  • la gestuelle (calligraphie actuelle pratiquée avec des pinceaux, divers types de plumes, des outils détournés comme le tire-ligne, le folded-pen…). Le terme ne doit pas faire oublier que toute calligraphie est gestuelle.

etc, etc. Je ne vais pas vous faire un cours de calligraphie, mais simplement je voulais vous parler de ces quelques éléments, qui me semblent importants.

Petites anecdotes en vrac

  • La lettre -k n’a été utilisée que tardivement dans l’alphabet latin. En effet, pourquoi créer une nouvelle lettre alors que le son pouvait être rendue par « ca » ? C’est logique … 🙂
  • Certaines règles orthographiques peuvent être dues à des erreurs. Pourquoi forestier et forêt ? Parce que quand on recopie des milliers de pages tous les ans, on fait des erreurs (surtout que la plupart des moines ne savaient pas forcément lire). Les moines correcteurs ont donc trouvé un moyen de corriger ces fautes : l’oubli du « s » a donc été signalé par un chapeau sur la lettre précédente.

Génial non ?

Allez bonne fin de dimanche et bonne semaine !