Je remercie d’abord les éditions Vent d’Ouest pour l’envoi de cette BD dans le cadre du dernier Masse Critique de Babelio.

Présentation de l’éditeur :

L’élection présidentielle approchant, nos Pieds Nickelés sont certains qu’ils ont un coup à faire ! Croquignol, Ribouldingue et Filochard décident de profiter d’un vide juridique pour présenter un candidat de leur cru au scrutin pour l’investiture suprême… Contre des politiques professionnels issus du sérail, leur candidat peu orthodoxe aura-t-il sa chance ? Étant donnée la crise de confiance des citoyens envers les politiques et les talents de communicants des Pieds Nickelés, les paris restent ouverts !

Vents d’Ouest et les Publications Georges Ventillard poursuivent les aventures des Pieds Nickelés, série culte née au tout début du XXe siècle. Retrouvez l’ambiance potache et rocambolesque de la série d’origine dans ces histoires inédites que Philippe Riche publie une fois par an.

J’ai choisi cette BD par curiosité, car je ne connaissais les Pieds-nickelés que de nom ! Il était donc temps pour moi de combler une lacune, et même s’il ne s’agit pas des histoires originales, puisque leur créateur, Louis Forton les a dessiné de 1908 à 1934, c’est mieux que rien ! Les héros ont en effet été repris par divers auteurs, avant que la série ne tombe dans le domaine public en 2008.

L’expression « pieds nickelés » signifie « ceux qui ne sont pas portés sur le travail ».

Et en effet, dans ce deuxième tome illustré par Philippe Riche, Croquignol, Ribouldingue et Filochard se montrent plus fainéants que jamais, s’efforçant de squatter la campagne présidentielle de chacun des candidats, qui se font tous écharpés au passage … Du parasitage de la campagne de François Timoré à celle des écolos en passant par une tentative d’infiltration de l’Elysée, on se dit que ces dingues vont enfin baisser les bras. Eh bien non ! Grâce au soutien de l’Association pour la protection animale, ils vont présenter leur candidat … un chien ! Comme ils le disent si bien :

« Vous vous dites qu’à chaque fois qu’on change quelque chose, ça vous retombe sur la gueule. Vous avez envie que ça s’arrête ? Vous ne savez plus pour qui voter ? Vous vous dites qu’un chien n’a rien à faire en politique ? Eh ben justement c’est pour ça qu’il faut voter Bojolais. Parce qu’il n’a rien à faire là. Et qu’il fera ce qu’il a à faire. C’est-à-dire rien. Alors si vous voulez 5 ans de vacances dans les emmerdes … Votez Bojolaiss, le seul candidat qui ne vous décevra jamais. »

Cette bande dessinée à l’humour potache dévastatrice est une bouffée de rires au milieu de la montée des tensions autour de l’élection présidentielle. Certes on peut se poser la question de savoir si ne rien faire fera avancer la France, mais en tout cas, elle ne reculera pas ! 🙂

Au-delà de la campagne présidentielle, est abordé également le problème des Roms, dont l’on rit presque malgré la gravité de leur situation, par exemple lorsqu’à peine déposés en Bulgarie, ils se remettent à marcher en direction de la France … et finalement c’est pour eux que cela se termine le mieux !

Fortement marquée politiquement, cette bande dessinée ne cache pas ses tendances et ses prises de position. Mais tout est noyé dans une ribambelle d’aventures rocambolesques, de plans tordus et d’un parler vulgaire (un peu trop d’ailleurs).

En bref, ce n’est finalement pas de la grande littérature, mais ça fait du bien.