Un petit mot du dimanche très rapide, au milieu de mes vacances (non non, elles ne tirent pas sur la fin, c’est pas vrai !), pour rire un peu en ce jour important pour la France.

Espèce de Bachi-Bouzouk ! C’est l’insulte favorite du Capitaine Haddock, et c’est une expression qui revient de temps en temps dans mon entourage …

Mais qu’est-ce qu’un bachi-bouzouk ?

En turc, c’est littéralement une « tête non standardisée », un « irrégulier ». Il désignait les cavaliers mercenaires de l’empire ottoman avec un armement non standardisé et en pratique très léger, et une discipline faible. Ils participèrent notamment au siège de Vienne. Ces cavaliers n’ayant aucune formation militaire, ils ne portaient pas tous le même chapeau, c’est pour cela que les Turcs les surnommèrent « başιbozuklar », « les têtes non standardisées ».

Il a été francisé en bachibouzouk après la guerre de Crimée (1854-1856) où ont opéré beaucoup de başιbozuklar, puis employé par Baudelaire (Curiosités esthétiques,1867) et Maupassant (C’était [Mohammed-Fripouille] un vrai bachi-bouzouk, hardi, noceur, féroce et gai, d’une gaieté calme d’oriental. Maupassant, Contes et nouvelles,t. 2, Mohammed-Fripouille, 1884).

Un chef bachi-bouzouk peint par Gérôme en 1881

***

Et voilà, maintenant vous pourrez utiliser cette insulte et si quelqu’un vous interroge, vous saurez d’où elle vient … 🙂