Quelques faits rappelés par le SLF, qu’il me semble important de relayer :

  • « Face aux 150 à 250 emplois permanents réellement créés par Amazon, la vente de livres génère en France plus de 20 000 emplois dont 14 000 dans les seules librairies indépendantes (rapport de branche 2011 I+C) ;

  • À proportions égales, la librairie indépendante représente une activité qui génère deux fois plus d’emplois que dans les grandes surfaces culturelles, trois fois plus que dans la grande distribution et, selon les chiffres de la Fédération du e-commerce et de la vente à distance (FEVAD)*, 18 fois plus que dans le secteur de la vente en ligne !
  • La librairie est un commerce humain qui mise sur des femmes et des hommes qui aiment les livres, les défendent et les connaissent comme ils connaissent leurs clients « en chair et en os » ;

  • pour l’ouverture de sa plate-forme, Amazon a bénéficié d’aides publiques conséquentes alors qu’un rapport sur « l’impact du développement d’Internet sur les finances de l’Etat », disponible sur le site du Sénat, confirme qu’Amazon, en rapatriant l’essentiel de son chiffre d’affaires au Luxembourg (905 M€ sur 930 M€) échappe pratiquement totalement à l’impôt en France. Il s’agit d’une concurrence déloyale au détriment des commerces indépendants et de proximité qui génèrent bien plus d’emplois tout en s’acquittant de leurs obligations légales. »
Pour conclure :

« Acheter en librairie, c’est la meilleure façon de soutenir localement l’emploi, l’économie et la culture. »

Pour en savoir plus sur les librairies indépendantes, vous pouvez vous reporter à mes articles précédents :

– La galère des librairies indépendantes

– Le Label des Librairies indépendantes de Référence

A la suite de ce manifeste, il me semble encore plus urgent, en tant que lecteurs, d’adopter un comportement citoyen et de ne pas se laisser bercer par nos excuses « mais sur Internet c’est plus rapide, c’est moins cher, on a pas besoin de se déplacer, il y a plus de choix. »

Je veux donc rappeler que :

La loi sur le prix unique existe. Une remise de seulement 5% est autorisée sur le prix des livres. Quand on achète un livre à 10 ou 20 euros, la différence de 20 centimes est-elle si grande ? Ou n’est-ce pas justement le prix à payer pour un commerce de qualité ? 

– Il existe plus de 2 000 librairies en France, ça laisse le choix (sauf quand on est en pleine campagne) et que se déplacer, c’est bon pour la santé (en plus revenir avec les livres, ça fait de la musculation pas chère).

– Qu’un libraire est obligé de pouvoir fournir n’importe quel livre disponible en France. Il suffit d’aller lui demander, d’attendre quelques jours et hop un livre !🙂