Simon Weber est le dernier ‘tome’ de la trilogie de Jean Mattern, trois courts romans entrelaçant l’histoire d’une famille aux lourds secrets, où les générations se côtoient sans dialoguer. Dans le premier, Les Bains de Kiraly, un jeune homme, Gabriel, cherche un sens à sa vie, se perd, ce qui est symbolisé par son cheminement dans les rues de Londres, alors qu’il vient d’abandonner sa femme enceinte. Dans De Lait et de miel on suit l’histoire du père de Gabriel qui immigre en France avec sa femme Susanne, pour lui offrir une vie meilleure.

Simon Weber s’attache à la dernière génération de cette famille, le fils de Gabriel, Gabriel que l’on a vu fuir mais qui depuis la mort de sa femme, place tous ses espoirs dans son fils. Ce dernier est la pierre angulaire de la trilogie, dominant les récits d’une manière ou d’une autre.

Dans ces trois récits, s’entrecroisent les non-dits et les secrets, la mort de la sœur de Gabriel d’abord, celle de la mère de Simon, et puis la présence d’un mystérieux inconnu, ancien ami de Gabriel.

J’attendais donc avec impatience ce nouvel opus de Jean Mattern, qui écrit de courts romans mais toujours d’une belle qualité. Au premier abord, j’ai été un peu déçue car si j’avais beaucoup apprécié les deux premiers tomes, je les ai lus il y a un certain temps. J’ai donc mis un moment pour me replonger dans l’histoire et pouvoir établir des corrélations entre les trois romans. Une fois ces corrélations remises à leur place, j’ai pu comprendre que Jean Mattern avait admirablement bien clos son histoire, quoique tristement.

Simon est un jeune homme de 19 ans. Élevé par son père, dont il est très proche, il a reçu une éducation parfaite, et après des études sans problème, il choisit la voie médicale. Mais soudain, la maladie le frappe. Une tumeur au cerveau bouscule son quotidien, et celle de son père :

« Depuis la mort de ma mère, il avait voulu prouver à la terre entière que son éducation à elle seule ferait de moi un être exceptionnel.

Il avait oublié que la maladie n’en avait cure, des êtres exceptionnels. »

Lui si entouré, se retrouve seul pour tenter de comprendre pourquoi son corps le lâche aujourd’hui et quel avenir l’attend : « J’étais réduit à des bilans et des statistiques. Simon Weber n’existait plus – un gliome avait pris sa place. »

Il met à nu les différentes réactions de son entourage, entre soutien, surprise et espoir :

« ‘Il faut s’accrocher’ permettait sans doute au personnel médical de ne pas avoir l’impression de radoter, mais elle ne m’offrait pas plus matière à réfléchir  […], car à quoi pouvais-je bien m’accrocher, à dix-neuf ans ? »[…] à mon âge, je n’avais pas encore assez de passé pour me convaincre que l’avenir ne pourrait en aucun cas se jouer sans moi. »

Pourtant, il choisit de partir et de suivre un quasi-inconnu en Israël où il désire pleinement vivre sa vie, entre deux chimios : « Fais comme-ci tu avais du temps devant toi, tout le temps du monde. […] Vivre comme si la vie, toute la vie, nous appartenait, comme s’il n’y avait pas de fin à cette aventure. »

Mais la maladie l’empêche de se projeter, et il se retrouve plutôt confronté au passé, au mystère de la vie de son père, à la disparition de sa mère, etc.

C’est un roman extrêmement poignant que ce nouveau volume, où la psychologie des personnages qui se croisent, est analysée d’une manière très fine. La maladie rôde derrière chaque ligne, empêchant l’insouciance et la légèreté voulue par Simon. Le père, Gabriel, voit sa vie détruite car il l’a sacrifié pour ce fils frappé par un mal contre lequel on ne peut rien. Tout l’amour du monde ne pourra les réunir désormais, même celui de l’amie d’enfance de Simon ou de l’ami israélien qui est devenu le confident à la fois du père et du fils.

Un roman sur la tragédie de la vie, qui sans répondre à nos questions, m’a profondément touché.

Un conseil cependant : lire les 3 à la suite, ce que je vais m’empresser de faire !

***

Je remercie encore une fois Sabine Wespieser pour l’envoi de ces romans, toujours de bonne qualité, qui sonnent juste et touchent de manière intelligente.