J’ai choisi ce roman par hasard sur la liste Masse Critique de Babelio, simplement alléchée par le titre, prenant un risque puisque je n’avais entendu parler ni de l’auteur, ni des éditions, ni du roman en particulier ! Malheureusement pour cette fois, ce fut une mauvaise pioche.

Ce n’est pas réellement un roman à proprement parler d’ailleurs, je pense que c’est de là que vient ma déception. Comme le titre l’indique, c’est une projection de ce que sera Paris en 2040, divisée entre Paris I (la Défense, les quartiers d’affaires), et Paris II (historique, celui des artistes, des littéraires). Pour les séparer, un Mur. Au milieu, une Zone inquiète donc on ne saura finalement pas grand-chose. J’ai été happée au départ par la présentation de l’évolution de ce Paris, introduit par un vieux monsieur qui se demande s’il sera encore là en 2040 et à quoi ressemblera le monde : « Quel sera alors l’âge de Paris qui a toujours et jamais le même, comment seront en ce temps son air, ses allures ? Aura t-il vieilli ? »

Le roman s’articule autour de la date clé du 14 juillet qui va cristalliser certaines tensions de ce nouveau Paris. Il suit ainsi un petit groupe de gens très divers qui ont pour point commun de se retrouver souvent pour faire des lectures et reconstituer à leur manière la bibliothèque nationale qui est désormais vide … Cette Société des Lecteurs Nocturnes, c’est la partie sympathique du texte.

Mais globalement le texte manque de rythme, il se perd dans de trop nombreux détails descriptifs alors qu’il y a des moyens plus discrets de faire passer l’ambiance dans une dystopie telle que celle-ci. Du coup les passages narratifs sont trop rares et font presque tâche.

Si du côté du style, il n’y a rien à dire, je reste gênée par l’ambivalence de ce texte : roman ? essai ? essai dystopique ? j’hésite encore et j’ai hésité tout au long de ma lecture, n’arrivant décidément pas à l’apprécier. L’idée de départ était pourtant bonne, mais le résultat est trop lourd pour plaire vraiment, l’auteur nous ayant saturer d’informations. Ce que je regrette profondément …

J’ai vu cependant que l’auteur avait écrit plusieurs autres romans, avec un personnage récurrent, je vais me renseigner car j’ai trouvé qu’il avait un très bon style et des idées intéressantes …

***

Masse critique Babelio !