XIII

La bande dessinée de William Vance et Jean Van Hamme est devenue culte aujourd’hui. Le premier tome paraît en 1984. Le dernier, le 19e, en 2007. Depuis, 3 tomes sont parus mais par d’autres auteurs (scénarisés par Yves Sente et dessinés par Youri Jigounov).

Mais l’histoire de base court bien sur dix-neuf tomes. Un thriller de 19 tomes, au suspens haletant, qui reprend la vie extraordinaire de Jason Flay, Jason Mac Lane, Steve Rowland, etc etc. Ou plutôt XIII, en référence au tatouage sur sa clavicule qui est la seule marque d’identité l’aiguillant vers son passé lorsqu’il est retrouvé échoué sur la plage, et amnésique. Une amnésie irréversible causée par une balle. Sans nom, sans passé, sans souvenir, le cauchemar de XIII commence. Car à partir de son réveil, va démarrer une vaste course poursuite à qui le fera taire le premier, puisqu’il semble détenir des informations compromettantes, liées en particulier à la mort du président américain Sheridan, assassiné quelques jours plus tôt ... Or il n’a aucun souvenir des événements auquel il aurait pu prendre part, et on va vite s’apercevoir que sa vie est loin d’être simple à comprendre …

Thriller, dystopie, roman policier, roman d’aventure, la BD va de rebondissements en rebondissements. Tome après tome, on découvre une nouvelle identité au pauvre XIII. Tome après tome, les hypothèses échafaudées s’effondrent. Tome après tome, le mystère semble s’épaissir. Jusqu’au tome 12. Le tome qui suit est un peu particulier. Intitulé The XIII Mystery, c’est une mise en abyme d’un dossier publié par un journaliste dans la fiction, qui étudie les preuves de l’identité de XIII et les aventures de celui-ci. Le tome suivant, La Version irlandaise, sera également le reflet d’un récit par le journaliste, d’où un graphisme qui diffère des tomes ordinaires. J’ai beaucoup aimé ces deux tomes qui se distinguent de la série. Enfin le tome XIX révèle la vérité, et clôt les aventures de chaque personnage (enfin ceux qui sont vivants).

En effet (je me réfère à ma dernière parenthèse), si j’ai été très absorbée par cette histoire, j’ai été un peu rebutée par la grande violence du récit : des personnages meurent par poignée à chaque tome, toujours violemment bien sûr car témoins gênants, porteurs d’informations confidentielles ou juste parce qu’ils n’étaient pas là au bon moment … Fort heureusement les personnages principaux restent ! (j’ai ressenti une certaine anxiété tout de même, pour des persos que j’aimais bien …).

Malgré tout, une belle aventure qui m’a passionnée, et une série que je ne regrette pas d’avoir découvert : qualité graphique, esthétique, complexité de l’intrigue, profondeur des personnages, originalité du traitement de l’histoire, tout y est !

***

C’est ma :

BD mercredi