canon

Lu pour Le Club des Lectrices. Nous voulions sortir un peu de nos lectures franco-anglo-américo-centrées, et nous avions donc pour consigne de proposer un roman africain ou latino-américain. Devant l’impossibilité de nous décider, ce roman a brusquement été proposé. Aucune de nous ne connaissait le titre ni l’auteur mais le sujet nous a intrigué. Rajoutez à cela qu’il était désigné comme le digne héritier de Gabriel Garcia Marquez et de Vargas Llosa, et hop c’était emballé !

Et j’avoue que je ne suis pas déçue … sans être un coup de cœur, ce texte est un beau moment de littérature …

Un beau jour de 1992, dans un petit village colombien, les guérilleros débarquent pour réclamer des armes et de la nourriture. Devant le manque de coopération des habitants, les soldats se radicalisent et embauchent tous les hommes de plus de 12 ans. Immédiatement, les femmes savent qu’elles ne les reverront pas et se mettent en deuil … Mais rapidement les problèmes se posent : comment assurer la marche du village, sa subsistance ? Et puis surtout comment combler le vide émotionnel et organisationnel créé par l’absence des hommes ?

« Son Mariquita chéri s’était mué en un village de veuves dans un pays d’hommes. »

Très vite, les situations deviennent cocasses, aussi diverses que toute la palette de sentiments qui compose la nature humaine. Les jeunes filles condamnés à rester vierge, les épouses heureuses d’être débarrassées de leur mari, un homosexuel qui sera « l’autre veuve »; le prêtre qui reste le seul homme et va proposer d’assurer la continuité du village : les portraits sont bien dressés et très intéressants.

Dans cet univers instable et violent – ce qui est rappelé par les chapitres intercalaires racontant la fin d’un certain nombre de guérilleros. Petit bémol : je n’ai pas réussi à faire le lien avec les maris enlevés, cela aurait peut-être rajouté un peu de force.

Du côté de l’écriture, j’ai retrouvé ce style si particulier aux auteurs latino-américains, fluide, original. Un style parfait pour le genre du réalisme magique auquel se plie James Canon, dans la droite lignée de Gabriel Garcia Marquez. Un style qui montre une grande maîtrise narrative, transformant le récit en une sorte de conte qui intègre une sorte de malédiction, l’effacement du temps lui-même et une vie en autarcie totale.

En même temps, il propose une analyse très poussée des avantages et contraintes du communisme, en parallèle de ceux d’une société matriarcale. Ou comment les habitantes, poussées par la nécessité, ont bien dû se reposer entièrement sur la communauté. Des habitantes qui s’épanouissent souvent pleinement loin de la société des hommes (considéré comme un procréateur).

Cette chronique tragico-burlesque (l’ironie est très présente) d’une bourgade perdue au fin fond de la Colombie a donc beaucoup de charme. Malheureusement, elle n’a pas réussi à tenir mon attention constante durant 500 pages. Certains passages m’ont parus trop longs, ou sans intérêt. Alors que la fin est très bonne, et clôture parfaitement la vingtaine d’années étranges qu’ont vécu ces femmes.

« Le village dans lequel vous viviez autrefois n’existe plus, voyez-vous. Vous êtes maintenant à La Nouvelle-Mariquita, une communauté entièrement féminine, indépendante, qui a des caractéristiques sociales, culturelles et économiques particulières et des liens étroits avec la nature. »

Une belle découverte, un dépaysement assuré, grâce au Club des Lectrices !