vatanen

Tout commence par un banal accident. Vatanen, journaliste finlandais, renverse un lièvre sur une route. Il recueille l’animal blessé, qui agit comme un catalyseur. Du jour au lendemain, Vatanen abandonne sa vie morose, sa femme aigrie et une situation confortable pour courir le pays, faire des p’tits boulots et vivre enfin comme il l’entend.

Ce roman est un petit conte léger et original, une véritable ode à la nature, et une odyssée contre les modes de vie actuels. On y rencontre des ours, des rennes; des cabanes dans les bois, au fil des saisons, en suivant Vatanen qui remonte vers le cercle polaire. Ses multiples et extravagantes aventures m’ont séduites, m’offrant un beau moment de lecture. Le côté burlesque y étant très fort, ce fut une lecture rafraichissante, un vrai dépaysement avec ce couple improbable en quête du bonheur (et d’un peu d’herbe – pour le lièvre).

« Vatanen s’était rendu coupable en Finlande de nombreux délits.
Vatanen était accusé de violation de la foi conjugale. Il avait abusé les autorités en ne signalant pas son changement d’adresse quand il avait, en été, abandonné le domicile conjugal. Il était par conséquent accusé de vagabondage. Cinquièmement, Vatanen avait gardé quelques jours un animal sauvage en sa possession, sans autorisation valable. À Nilsiä (6) Vatanen avait clandestinement pêché au lamparo avec un dénommé Hannikainen et ce sans permis de pêche ; 7) pendant un incendie de forêt, il avait contrevenu à la législation sur l’alcool en consommant des boissons alcoolisées distillées clandestinement, 8) de plus, pendant le même incendie, Vatanen avait déserté son poste pendant vingt-quatre heures pour consommer de l’alcool avec un dénommé Salosensaari ; 9) à Kuhmo, Vatanen avait profané un défunt ; 10) au village de Meltaus, sur l’Ounasjoki, Vatanen avait participé au détournement et à la vente illicite d’un butin de guerre allemand ; 11) à Posio, Vatanen avait martyrisé un animal : 12) au Ruisseau-à-la-con, il avait malmené un moniteur de ski du nom de Kaartinen ; de plus : 13) Vatanen avait négligé d’avertir les autorités en temps utile de la présence d’un ours dans la zone des Gorges-Pantelantes, à Sompio ; 14) pris part à une chasse à l’ours non déclarée, sans autorisation de port d’arme : 15) participé sans invitation officielle à un dîner offert par le ministère des Affaires étrangères ; 16) fait soigner le lièvre en sa possession, sur la foi de faux renseignements, dans un établissement public de recherche, à Helsinki, sans acquitter les frais correspondants ; il avait de plus (17) malmené dans les toilettes d’un restaurant de Helsinki le secrétaire des Jeunesses nationales ; 18) conduit une bicyclette en état d’ivresse sur la route de Kerava ; 19) s’était fiancé, alors qu’il était encore marié, à une dénommée Heikkinen ; Vatanen avait encore (20) récidivé en chassant à nouveau un ours protégé sans autorisation de port d’arme ; 21) franchi au cours de cette chasse la frontière entre la Finlande et l’Union soviétique, sans passeport ni visa en règle ; il s’était ensuite rendu coupable des faits qu’il avait avoués (22) aux autorités soviétiques. »

On y retrouve des thèmes relatifs à la Finlande : la chasse, les relations avec l’Union soviétique, la communion avec la nature, la vie des bûcherons, etc.

« N’importe qui peut mener ce genre de vie, à condition de renoncer d’abord à son autre vie. »

Roman de Paasilinna le plus lu au monde, le livre a trouvé place en 1994 dans la Collection d’œuvres représentatives de l’UNESCO, au travers sa version traduite en anglais par Herbert Lomas en 1995. Il a été porté à l’écran à deux reprises, L’Année du lièvre en 1977 par Risto Jarva, et Le Lièvre de Vatanen en 2006 par Marc Rivière.

Un roman à découvrir !

Romans cultes

Challenge Tour du monde

32 / 80 !