jane austen

L’idée a été lancée par le blog Jane Austen is my Wonderland sur Facebook ! Les participant(e)s devaient publier quelque chose sur Jane Austen ou Pride and Prejudice pour rendre hommage à ce monument de la littérature publié en 1813. Pour ma part, j’avais prévu d’attaquer Emma en anglais, malheureusement le temps m’a manqué ce matin … je me rattrape donc par ce petit billet !

pride and prejudicePage de titre d’une édition illustrée par Hugh Thomson (1894)

Pride and Prejudice en chiffres :

Date de publication : 1813

Traductions en français : 13

Langues : 35

Films : 6

Feuilletons TV : 11

« It is a truth universally acknowledged, that a single man in possession of a good fortune, must be in want of a wife ». 

Roman le plus populaire, le plus adapté, celui qui a fait le plus parlé de lui alors que Charlotte Brontë n’y voyait que « la photographie exacte d’une figure banale, un jardin parfaitement entretenu, soigneusement clôturé, aux bordures nettes, avec des fleurs fragiles ; mais pas l’once d’une physionomie lumineuse et enjouée, pas de campagne ni d’air frais, ni de collines bleues, ni de plaisant ruisseau », Pride and Prejudice suscite encore de l’engouement, de nouvelles réalisations et des discussions à l’infini …

Un roman universel qui nous parle de questions universelles : le mariage, l’amour, l’éducation, (les bals !), et nous plonge aujourd’hui dans une atmosphère désuète mais charmante. Tout cela avec une plume acérée et une ironie qui ne permet à aucun personnage sot d’échapper au ton mordant de Jane Austen. Un ton qui se fait la satire d’une certaine société, hypocrite et intéressée, au sein de laquelle Elizabeth et Mr Darcy évoluent avec un cynisme détaché. Je reste impressionnée par la précision et la clarté avec lesquelles Jane Austen décrit ses situations, sa société, parvenant à nous tenir en haleine sur près de 500 pages avec seulement quelques petites péripéties mais qui, sous sa plume, prennent l’allure de catastrophes ou de miracles.

Petit clin d’œil : dans l’uchronie littéraire de Jasper Fforde, Thursday Next, Pride and Prejudice est devenu The Bennets, et court le risque de devenir un reality book, support littéraire reality show qui verrait s’affronter les sœurs Bennet pour conquérir Mr Darcy …

Au niveau adaptation, pour ma part je rends hommage à Colin Firth qui fait un magnifique Mr Darcy dans les épisodes télé de 1995 par la BBC, transposition fidèle du texte, en 6 épisodes de 50 minutes.

Vive Jane Austen ! Longue vie à Pride and Prejudice !

DSC09425Au Jane Austen Center (Bath) cet été !