artemis fowl bd

J’ai lu cette BD quand j’étais en Angleterre il y a trois ans, et c’est donc avec plaisir que j’ai découvert la semaine dernière, au salon du livre, qu’elle avait été traduite en français, et publiée chez Gallimard.

Car Artemis Fowl et moi, c’est une histoire d’amour qui dure ! Depuis 2001 très exactement, date de sortie du premier tome de la sortie, et date à laquelle je suis tombée sous le charme de ce garçon peu ordinaire (c’est peu de le dire !). Artemis Fowl a un nom de fille, des parents absents mais c’est aussi … « un génie, un bandit d’exception, un millionnaire et il n’a que douze ans », comme l’annonce l’inscription gnomique qui illustre la première de couverture du premier volume …

C’est en voulant reconstituer la fortune familiale qu’Artemis Fowl se lance dans la grande quête qui va changer non seulement le monde des humains mais aussi un monde inconnu, celui des fées … grâce à son intelligence, il va parvenir à mettre au jour l’existence de ce monde, à kidnapper un membre des FARfadets (Forces armées de régulation des fées), pour leur extorquer leur or ! Farfadets de toute taille et de tous genres, tous aux abris, Artemis Fowl est sur votre trace, et rien ne l’arrêtera ! 

Sur les traces d’Harry Potter (dont le premier tome est paru peu de temps auparavant), Eoin Colfer puise dans ses racines irlandaises et revisite tous les mythes qui ont surgi depuis la nuit des temps sur ces habitants de l’ombre: fées, trolls, nains, etc. Et il en fait un très efficace roman, plein de rebondissements, d’intelligence et d’humour, marchant dans les traces du grand Tolkien (une généalogie, une langue, des légendes, etc.)

En français, c’est grâce à Jean-François Ménard (traducteur du sus-dit Harry Potter) que l’humour et les particularités de la langue elfique sont parfaitement restitués.

artemis fowl

Des tonnes d’aventure et 7 tomes plus tard, j’attends avec impatience de pouvoir lire le huitième tome, qui doit clore la série, et j’espère de manière explosive !

dernier gardien

***

Cette BD était donc un formidable moyen pour moi de me replonger dans ce monde que j’ai tant aimé, par son graphisme impeccable, net, qui a donné une forme parfaite aux personnages, et a retranscrit la magie du roman.

Une série à lire ou à relire.

***

BD mercredi