Logo Bilan

Je peux dire effectivement que le mois d’octobre fut un très bon cru : 18 livres lus, et beaucoup de plaisir, en particulier lors de mon petit RAT (Read-a-thon pour ceux qui ne connaissent pas) qui m’a permis une belle parenthèse de lecture. Je me rends cependantcompte que les livres qui me marquent sont de plus en plus rares, mais quand cela arrive, c’est un vrai bonheur, ainsi pour ce mois-ci,

Les livres à retenir sont :

– Une fois n’est pas coutume : un essai ! Avec Dernier inventaire avant liquidation, Frédéric Beigbeder m’a replongé avec plaisir dans le monde des classiques, et a ravivé mon désir de les lire ou relire.

– Un livre de ma vieille PAL : When I was Joe de Keren David, mon livre en anglais mensuel qui m’a happé et dont le personnage principal restera longtemps dans ma mémoire. Un texte équilibré, trépidant et profond.

– La Joie de vivre de Zola : un bon petit Zola, qui fit écho au téléfilm récent que vous avez peut-être fut aussi.

Bien sûr, il y a eu aussi des romans très agréables :

Parce que c’est Sorj Chalandon et que sa description de la guerre du Liban est atroce mais nécessaire : Le quatrième mur / Sorj Chalandon

Parce que c’est Sagan et que quand elle parle d’amour, c’est beau et humain : Aimez-vous Brahms .. Françoise Sagan

Parce que c’est Blondel et que ça parle des blogs, de nous, de l’écriture : Blog Jean-Philippe Blondel

Parce que l’écrivain irlandais a su me toucher en quelques pages d’une très belle qualité : Une illusion passagère / Dermot Bolger

Tiens je viens de m’apercevoir que j’ai lu 2 Chalandon ce mois-ci !  Le Petit Bonzi / Sorj Chalandon

Parce qu’avec une écriture très XIXe et des thèmes bien traités, j’ai été passionnée par l’histoire : Graveney Hall / Linda Newberry

Parce que je suis amoureuse d’Arsène Lupin (encore et toujours !) : Le triangle d’or / Maurice Leblanc

Parce que de temps en temps, un roman de filles ça fait du bien : Les quatre Grâces / Patricia Gaffney

Et certains pour lesquels je n’ai pas été emballée :

Où l’auteur m’a agacé par sa tendresse presque mièvre pour sa mère : Jeanne de Jacqueline de Romilly

Où l’auteur m’a perdu dans les considérations politiques africaines : American Darling de Russel Banks

Où l’auteur n’a pas su m’émouvoir comme les autres Lectrices du Club Le boulevard périphérique d’Henri Bauchau

Où l’auteur n’est pas allé assez loin dans son analyse : Happé par Sempé de Christophe Carlier

Et pour finir, des romans à oublier, pour trois raisons différentes :

Quand l’auteur se moque du lecteur : L’air d’été est plein de promesses / Alexander Mc Call Smith

Quand l’auteur ne sait pas terminer ses romans : Destination Uruapan / Philippe Ebly

Quand l’auteur n’a pas su insuffler un souffle romanesque : Un secret / Anna Enquist

Il me manque encore quelques chroniques à faire, mais qui ne sauraient tarder …

Pour le mois de novembre, j’ai du travail pour ma bibliothèque (!) et je vais donc lire beaucoup de romans de 2013 afin d’élire mon coup de cœur en littérature américaine et britannique … Vous allez vite vous en apercevoir ! Au programme : Lian Hearn, Richard Powers, Louise Erdrich et bien d’autres … 

Ce blog est toujours autant un plaisir pour moi : merci pour votre attention et votre soutien, chers lecteurs, et bonnes lectures de novembre à tous !