gigante

 

Zaslo Merticant nous apparaît en premier lieu comme un jeune garçon immature et colérique : lorsqu’il débarque sur la planète Gigante, il n’est mené que par sa haine de son père, qui l’a abandonné avec sa mère dès sa naissance. Ce père, scientifique passionné qui a embarqué il y a 20 ans pour Gigante, pour un voyage de 40 ans. Or, entre temps la technologie a tellement évolué que son fils est arrivé au même point en deux ans. Il est prêt à attendre encore 20 ans ce père pour le tuer. « Sa mère l’avait élevé dans la haine de l’homme qui les avait abandonnés pour se mettre en quête de créatures chimériques. »

Mais Gigante va le changer complètement. Lorsqu’il découvre cette planète, il ne comprend pas encore son fonctionnement. Il n’y voit qu’une planète super géante où il faut des années pour aller d’un point à un autre.

« Les hommes ont vraiment été dingues de venir s’installer sur ce monde. Gigante prend et donne à hauteur de ses dimensions. Il nous faut simplement apprendre à la connaître. Penser différemment, Renoncer aux réflexes de sédentarité, privilégier la mobilité, voyager sur les flux, prévenir les orages, identifier les refuges possibles. »

Mais la rencontre avec une intrépide jeune femme servira de détonateur : si Zaslo ne change pas du jour au lendemain, petit à petit il devient moins indécis, il prend plus de risques.« Il risquait de perdre la vie, mais sa vie n’aurait d’intérêt que s’il acceptait l’épreuve. Mourir ne l’effrayait plus. On ne fondait pas son existence sur la détresse d’une mère et l’assassinat d’un père. » Nous assistons au passage d’un anti-héros à un héros tout court qui découvre sa force intérieure, avec subtilité et finesse.

Et surtout ils apprennent ensemble à mieux connaître la planète elle-même, et la possibilité qu’elle offre de voyager sur les flux électriques qui la traversent … Un monde où toutes les lois physiques sont bousculées, et où il faut s’habituer à vivre.

Dès le départ, j’ai été embarquée dans cette aventure extraordinaire. Même si j’avais envie de mettre des claques au héros, dans les débuts, j’ai rapidement été séduite par le talent de conteur de Bordage, la fluidité de son récit, et par le mystère de ce monde fantastique, dix-huit mille fois plus volumineux que la Terre et qui semble donc si peu adapté aux petits humains. Bordage surmonte avec brio tous les inconvénients qui pourrait présenter une telle planète : un talent qui fait de lui un des grands noms de la science-fiction française.

En bref, une aventure qui fait écho à des problèmes actuels, avec un peu d’introspection, une pincée d’amour, tous ces ingrédients qui en font un très bon texte, publié par L’Atalante, cette talentueuse maison d’édition de science-fiction qui a publié ou traduit les plus grands noms. 

 

A noter, ce roman a été écrit en collaboration avec un autre auteur SF, Alain Grousset qui a écrit son pendant, Gigante Au nom du fils, où il raconte l’histoire du père de Zaslo. Un ouvrage que je vais m’empresser de me procurer …

 

gigante2

 

babelio

 

Reçu en Masse Critique !