J’ai profité de mes vacances pour lire des bandes dessinées … ça change des romans, et puis ça ne s’emporte pas dans le métro donc j’en lis finalement assez peu ! J’ai donc dévalisé la bibliothèque avant de partir ! Et puis je me suis rendue compte seulement après que je n’avais pris que des adaptations littéraires ! Romans jeunesse, romans classique, il est vrai que ces adaptations pullulent aujourd’hui, nous offrant des œuvres de qualité, fidèles au texte et avec l’apport important du graphisme. Voici donc 4 bandes dessinées, et quelques lignes d’avis sur chaque … colombes bd 2 mohicans bd quatre soeurs zazie bd

 

 

 

 

Les colombes du Roi-Soleil / Anne-Marie Desplat-Duc, Roger Setter et Mayalen Goust

colombes 3colombes 1colombes bd 2

 

 

 

 

 

 

 

Je connaissais cette série à succès (13 tomes publiés !) sans l’avoir jamais lu en version romanesque. J’ai donc profité de la sortie du 3e tome pour m’y attaquer. Le premier tome met en scène un groupe de jeunes filles élevées à Saint-Cyr sous le roi Louis XIV. Toutes ont une histoire, des secrets. Toutes ont leur caractère. Toutes auront un destin spécial. Et chacun sera l’héroïne des tomes suivants. Dans le deuxième tome, c’est le secret de Louise que nous découvrons, autour de sa naisssance. Dans le troisième tome, c’est au tour de Charlotte, rebelle, de prendre son destin en main , même si pour cela il faudra se rendre à l’autre bout du monde, au Siam !

J’ai apprécié cette plongée dans le Grand Siècle : les costumes, les intrigues, les secrets de cour, la toute-puissance du roi qui apparaît toujours en dernier recours pour aider ceux qui sont aimés par nos jeunes héroïnes. Ces dernières sont d’ailleurs courageuses, elles savent ce qu’elles veulent et le font savoir. Et finalement elles ne s’en sortent pas si mal pour des jeunes filles qui ont très peu de liberté dans une telle époque. Une série très bien documentée qui restitue bien l’ambiance de la Cour sous le Roi-Soleil.

N’ayant pas lu les romans, je ne peux pas vraiment juger de la qualité de l’adaptation, cependant chaque bande dessinée me paraît un peu fine pour les quelques deux cent pages de romans. Il y a donc dû avoir nécessité d’effectuer des coupes. Mais l’histoire (et l’Histoire) et l’ambiance sont bel et bien là, que demander de plus ?

A conseiller aux jeunes férus d’aventure et d’histoire !

***

Les Quatre soeurs / Lucie Durbiano et Malika Ferdjoukh

quatre soeurs

Comme pour Les Colombes, je n’ai pas lu l’oeuvre originale dont est tirée cette bande dessinée atypique. Atypique car en réalité il s’agit plutôt du récit illustré, comme vous pouvez le voir sur cette image :

bdLes quatre soeurs – qui sont en réalité 5 car l’aînée Charlie n’a pas la parole , et donc chacune d’entre elle a quatre sœurs – se sont retrouvées orphelines suite à un accident de voiture. Elles se débrouillent comme elles peuvent, avec l’aide d’une tante avare. Chacune a son caractère mais toutes sont aimées également par les autres : Enid, 8 ans et demi, la benjamine qui aime les animaux et nous fait rire ; Hortense, onze ans et demi, garçon manqué, rêveuse et lectrice assidue ; Bettina, quatorze ans, au corps parfait, superficielle à souhait mais attachante ! ; Geneviève, seize ans, simple, sage, généreuse ; et puis, Charlie, l’aînée, la plus mystérieuse de toutes, dont on ne connaît que très peu de détails, qui chapeaute tout ce petit monde. A la Vill’Hervé, règne une douce folie qui ne peut que nous toucher, et nous rappeler l’importance de la famille …

Ce très beau roman graphique nous plonge donc dans le quotidien de ces filles auxquelles on s’attache très vite au fil des quatre saisons, nous faisant part de leurs douleurs, de leurs doutes, de leur bonheur. Une belle réussite ! (qui m’a d’ailleurs donné envie de lire le roman !)

***

Le dernier des Mohicans / Fenimore Cooper et Cromwell

mohicans bd

Lu il y a fort longtemps, je me souviens pourtant encore de cette histoire trépidante (publiée en 1826), au cœur d’un territoire en guerre : celui des Indiens d’Amérique, coincés entre Anglais et Français qui se disputent ce territoire. Les tribus en profitent pour régler leurs comptes entre elles, et chacune choisit de soutenir un pays. Le dernier des Mohicans, Uncas, aide des jeunes demoiselles, filles du commandant Munro qui dirige une garnison, à échapper aux troupes et aux Indiens. Tout cela finit fort mal.

Cromwell est un dessinateur breton réputé. Il a parfaitement rendu l’atmosphère très sombre du roman avec des graphisme aux couleurs noires, fauves. Tout est esquissé sans être clairement délimité. Peu de textes, mais l’action est là et le récit est fidèle. Une bande dessinée à conseiller, une œuvre d’artiste.

***

Zazie dans le métro / Clément Oubrerie et Raymond Queneau

zazie bd

Enfin dans un style complètement différent, une déception : Zazie dans le métro, illustré par Clément Oubrerie, qui est connu pour sa BD Aya de Yopougon. Si j’avais apprécié l’histoire, j’avais déjà eu du mal avec l’illustration. Et ici, ce fut encore le cas. Certes il rend parfaitement l’ambiance loufoque du texte de Queneau, où la petite Zazie, peste avant tout, rend visite à son tonton et participe à la folle vie parisienne. Mais je n’ai pas du tout adhéré au graphisme, qui m’a rendu les personnages peu sympathiques et a fini par m’agacer.

Voilà les livres non chroniqués, c’est fini pour ce mois ! Ce rendez-vous me permet de donner leur chance à des romans ou des BDs que je n’ai pas pris le temps de chroniquer séparément. C’est souvent aussi l’occasion d’établir des rapprochements entre plusieurs textes …

A suivre donc ! (et si vous voulez vous joindre à moi, n’hésitez pas, c’est le premier jeudi de chaque mois !)