schmitt

« La vie sans femme me paraît impossible ; je n’ai jamais été seul, la solitude c’est être loin des femmes ».

C’est l’homme Sacha Guitry, artiste génial, qui fait cette déclaration. Lui qui a épousé 5 femmes et dont on ne compte plus les maîtresses. Eric-Emmanuel Schmitt a choisi ici de faire revivre le mariage de Guitry et d’Yvonne Printemps, dont ils disent qu’il a représenté « Quelques années de grande passion, quelques années de grand soupçons, quelques années de grande souffrance. ». 15 années folles pendant lesquelles le couple a dominé tout Paris et même au-delà. La pièce de Schmitt rend bien ces 3 temps, en un brillant hommage à la verve de Guitry qui, bien que critiqué, reste un auteur prolixe au théâtre et au cinéma, et dont personne ne mettait en doute la maîtrise de la langue et son caractère passionné.

Bien sûr on peut lui reprocher de ne faire que survoler cette partie de la vie de Guitry, qui nécessite d’abord de bien la connaître, mais il faut garder à l’esprit que le texte est destiné à être joué, et qu’il n’y a rien de pire que de longues explications … Qui dit théâtre dit dialogues, et qui dit bon théâtre dit dialogues de qualité, discussions enlevées, ce en quoi Schmitt est très bon (je préfère d’ailleurs ses pièces à ses derniers romans – même si ici, il a savamment intégré de réelles citations). Tout cela en alternant présent (Guitry se cachant dans un théâtre pour échapper à ses créanciers) et flash-back au cœur des années folles. Un beau texte pour une belle histoire d’amour de deux amants passionnés mais jaloux …

Un vrai régal à lire à voix haute !

***

Je vous laisse sur quelques citations …

SACHA GUITRY

(…) Avant le mariage, c’est les petits mots. Pendant le mariage, c’est les grands mots. Après le mariage, c’est les gros mots.

Ou encore :

« Au fond, je me complique l’existence pour rien : si je veux apprendre ce qui m’arrive, je dois lire la presse »

Et pour finir, l’échange célèbre :

Sacha :
J’imagine très bien. Sur ta tombe on écrira : « Enfin froide »
Yvonne :
Et sur la tienne : « Enfin raide »

PS : la pièce passe encore au Théâtre Rive Gauche jusqu’au 30 mars 2014, avec Claire Keim et Martin Lamotte.

challenge