demoiselle

Rosy et sa mère ont quitté l’Allemagne en 1937 après le départ de Peter, le père. Les deux femmes se réfugient dans la famille de Peter, en Lorraine, accueillies par son frère, sa nièce et sa mère. Mais elles sont considérées comme allemandes, et nous sommes à la veille de la guerre. Ballotées au gré des humeurs des Français, elles passent du mépris (la Lorraine est française) à l’acceptation (la Lorraine redevient allemande) pour finir par la haine (libération de la Lorraine, elle redevient française.)Finalement c’est l’histoire d’une petite fille touchée par des enjeux politiques, historiques et sociologiques qui la dépassent, qu’elle ne comprend pas : entre sa grand-mère qui déteste les Allemands, sa mère qui déteste tout le monde sauf le Führer, les garçons de sa classe qui la bizute sans cesse, il est difficile d’avoir 10 ans en Lorraine quand on a du sang allemand … « Je ne comprenais pas pourquoi nous devions être aussi sévères avec les Juifs. Ils ne faisaient pas de pires Allemands que ces Français qui nous haïssaient » ou encore « Nous étions l’envahisseur, puis les pestiférées, celles qu’on allait bientôt fusiller, juste parce qu’elles étaient nées allemandes. »

Lorsqu’elle commence son récit, elle se trouve dans la cave de sa maison bombardée, et tente de survivre en attendant une aide qui ne vient pas. Elle se remémore alors ce qui l’a conduit jusqu’ici pour oublier sa phobie des araignées, celles aux longues pattes que son oncle Edy appelait « les tic-tac », qui se rapprochent de plus en plus. Récit touchant mais terriblement dur, il a eu l’avantage de me faire prendre conscience de ce qu’ont vécu les Lorrains à cette époque, en particulier les enfants qui sont passés de « nos ancêtres les gaulois » à l’autobiographie du Führer, aux Jeunesses hitlériennes, et à l’obligation de parler allemand et de faire leurs devoirs en allemand, langue que souvent ils ne maîtrisent pas. Des enfants qui sont le jouet de luttes d’adultes …

Un petit roman poignant,  sur le thème certes rebattu de la Seconde guerre mondiale, mais qui aborde un thème intéressant, finalement analysé à travers le regard d’un enfant, ce qui lui donne un plus gros impact.

***

livre poche