condé

Nous sommes en Guadeloupe dans les années 1950. Maryse Condé se souvient de son enfance alors que, choyée par ses parents dont elle est l’enfant non attendue, une sorte de miracle, elle entre dans l’adolescence et en rébellion. Entre un père vaniteux et timorée, une mère dure, il est difficile de trouver sa place. Ces textes racontent donc ce qui fut une phase essentielle de sa vie pour expliquer son désir d’écrire, de dire la vérité, d’apprendre et d’être libre.

A travers plusieurs courts chapitres qui forment les « contes vrais de son enfance », Maryse raconte sa souffrance retenue face à l’attention de ses parents qu’elle ne désire pas : « j’aurais tout donné pour être la fille de gens ordinaires, anonymes », des gens qui attendaient moins de leur fille, qui l’auraient laissé rêver, être elle-même. Une vie trop bien réglée, sans aucune fantaisie.

Une femme qui a cherché sa place entre la France et son île natale. Une femme désormais affirmée, activiste, qui préside le Comité pour la mémoire de l’esclavage, et s’impose comme une belle voix dans la littérature guadeloupéenne.

Ces contes sont le récit d’une enfance vécue dans la solitude, le mal-être, une enfance à l’imagination bridée, non stimulée, ce dont Maryse Condé a pris conscience seulement bien plus tard. Elle se reconstruit ainsi son enfance à  la lumière de son présent, des difficultés qu’elle a connues par la suite. Ce qui en fait plus une autobiographie romancée que réaliste, une interprétation. Mais cela n’enlève pas l’intérêt du texte, entre documentation sur la Guadeloupe des années 1950, sur une vocation littéraire, et roman familial.

Un petit texte sympathique.