deux joyce

En 1972, deux secondes furent ajoutées au temps pour compenser le mouvement de rotation de la terre. Deux secondes. Cela semble insignifiant.  Mais pas pour le jeune Byron Hemming, fasciné par ce phénomène depuis que son ami James lui en a parlé : scrutant sa montre, il pense avoir trouvé le moment où un tel événement s’est produit. Sauf que ces deux secondes, ce moment va changer sa vie entière, en provoquant un accident …

50 ans plus tard, nous découvrons un dénommé Jim, envahi par des tocs énormes, qui peine à trouver sa place dans la société depuis que l’institution spécialisée qui le protégeait a fermé. Le roman alterne donc les deux histoires, dans un continuel égarement du lecteur qui attend désespéramment que les histoires convergent ou s’éclairent. Qui cherche désespéramment où est la vérité dans cette histoire, de la même manière que Byron qui finit par n’être plus sûr de rien.

Difficile de discuter de ce roman sans dévoiler la suite de l’intrigue et de cette histoire un peu abracadabrantesque où l’obsession d’un petit garçon va faire voler une famille en éclat alors qu’il essaye justement de la sauver … L’amour et l’amitié suffiront-ils pour tout sauver ?

L’auteur de La lettre qui changea le destin de Harold Fry arriva le mardi … récidive donc dans sa lancée avec un roman populaire assez classique. Cependant, son mérite est d’être dans deux tonalités à la fois : celle d’un conte, un peu hors du temps ; en même temps qu’une analyse de la société bourgeoise des années 1970 où les femmes n’avaient pas vraiment la parole.

Pour résumer : une histoire originale, des thèmes intéressants ! Et pourtant … Et bien pourtant la mayonnaise n’a pas pris : j’ai traversé l’histoire avec un peu de curiosité mais avec le sentiment qu’elle tournait un peu en rond, attendant sans cesse qu’il se passe quelque chose. J’ai été mal à l’aise face à la détresse de ce petit garçon que personne ne va sauver et – malgré la fin un peu plus optimiste – qu’il n’est d’ailleurs plus temps de sauver. Mais malgré cela je ne garderai pas un grand souvenir de ce roman un peu bancal, sans que je sois réellement capable de dire ce qui ne va pas.

Je remercie cependant les éditions XO pour l’envoi de ce roman divertissant.