malavita

Malavita fut une parenthèse littéraire délirante dans ma semaine de boulot. Emporté par hasard pour un trajet de RER, je me suis vite retrouvée happée par ce texte, fascinée par les personnages et l’histoire qui se déroulait sous mes yeux.

Une famille comme les autres s’installe dans la petite ville de Cholong-sur-Avre, en Normandie. Une famille apparemment comme les autres. Mais une chose est sûre, s’ils emménagent dans votre quartier, fuyez sans vous retourner …

Car la petite famille Blake, Américains fraîchement débarqués, cache bien des secrets. En l’occurrence que le père est un ancien mafieux, un repenti qui a balancé ses compagnons sous la pression, et qui aujourd’hui vit grâce au programme américain de protection des témoins … Seulement si Fred Blake est un repenti, ce n’est pas pour ça qu’il ne regrette la vie de prince noir qu’il menait à New York. Le retour à la vie « normale » est bien dur (« Comment font les honnêtes gens ? Comment peuvent-ils vivre en se sentant si vulnérables ? Qu’est-ce que ça fait d’être une victime ? ») … Le personnage de Fred est merveilleusement construit dans toute son ambiguïté d’ancien mafieux, de père de famille, et d’homme qui se cherche, et qui cherche une nouvelle raison de vivre.

Sans oublier que les mafieux américains sont toujours sur leurs traces …

« Combien vaut un homme ? Quel est le prix d’une vie humaine ? Savoir ce qu’on vaut, c’est comme connaître le jour de sa mort. Je vaux vingt millions de dollars. C’est énorme. Et bien moins que ce que je croyais. Je suis peut-être un des hommes les plus chers du monde. Valoir aussi cher et vivre une vie aussi merdique que la mienne, c’est le comble de la misère. »

En bref, tous les ingrédients sont là pour faire de ce roman un texte déjanté, surtout quand le fameux Fred se fait passer pour écrivain et finit par se lancer vraiment dans ses mémoires … Or, comme le disent ses enfants :

« – Trois mois qu’il s’enferme dans sa putain de véranda, dit-il, tout son vocabulaire doit y passer plusieurs fois par jour.
– Dis que ton père est analphabète …
Mon père est un Américain de base, tu as oublié ce que c’était. Un type qui parle pour se faire comprendre, pas pour faire des phrases. Un homme qui n’a pas besoin de dire vous quand il sait dire tu. Un type qui est, qui a, qui dit et qui fait, il n’a pas besoin d’autres verbes. Un type qui ne dîne, ne déjeune et ne soupe jamais : il mange. Pour lui, le passé est ce qui arrivé avant le présent, et le futur ce qui arrivera après , à quoi bon compliquer ? As-tu déjà listé le nombre de choses que ton père est capable d’exprimer rien qu’avec le mot « fuck » ?
– Pas de cochonneries, s’il te plait.
– C’est bien autre chose que des cochonneries. « Fuck » dans sa bouche peut vouloir dire : « Mon Dieu, dans quelle panade me suis-je fourré ! », ou encore :  » Ce gars-là va me le payer cher un jour », mais aussi « J’adore ce film ». Pourquoi un type comme lui aurait besoin d’écrire. »

Ce passage est parfaitement représentatif du ton employé tout au long du roman, et de l’humour – souvent noir – qui l’imprègne. Sans parler des piques constantes sur les cultures française (que de beurre et de crème !) et américaine (« De la grosse et grasse bouffe de Yankees »). L’auteur a un don pour décrire et faire vivre ses personnages, qui fait que ces derniers m’ont habité pendant plusieurs jours après avoir refermer ce livre …

Un roman riche, intéressant, et à découvrir à tout prix si vous avez besoin de vous détendre et de rigoler un bon coup ! Mais rassurez-vous, malgré les grosses ficelles et les caricatures, il ne manque tout de même pas d’un peu de sérieux (les réflexions sur l’écriture) et de profondeur. Et il a l’avantage de m’avoir donné envie de voir Le Parrain (le film culte des mafieux) et Les Affranchis (le film qu’ils détestent car il les montre comme ils sont vraiment … « dépouillés de leur légende, n’apparaissaient plus que leur bêtise et leur cruauté. »). Des « personnages » qui fascinent, malgré nous, et qui sont pour quelque chose dans mon appréciation de ce roman. Car la « mauvaise vie » (la Malavita, qui désigne la terrible mafia américano-sicilienne) est toujours présente, au coin de l’oeil, avec ses tentations et ses pièges qui attendent les honnêtes gens …

Fort heureusement pour moi, il existe une suite qui m’attend sagement : Malavita encore. Je m’en lèche d’avance les babines littéraires.

***

Babelio ABC

Lettre B !

best of the best