guerre bordage

Il était une fois un petit garçon, qui apparut sur Terre, à notre époque. Incapable de se rappeler ce qu’il fait là, il essaye de trouver l’homme qui lui redonnera sa mémoire. De l’Amérique à l’Orient en passant par l’Inde, il se laisse guider par ceux qui pensent posséder la Vérité. Pourtant, il s’apercevra vite que non seulement aucun d’entre eux ne détient une sagesse universelle et désintéressée, mais également qu’ils ne peuvent pas l’aider à se souvenir de son passé …

Cependant, en parcourant le globe, il se rend rapidement compte que l’homme ne fait que se détruire, souvent sans raison. Avec la naïveté et l’innocence qui font de lui un Petit Prince moderne, il va alors négocier une « trêve avec la matière », 7 jours pendant lesquels aucun coup de feu ne pourra être tiré par des armes soudain récalcitrantes … 7 jours pendant lesquels le petit garçon va essayer de discuter avec les hommes pour leur expliquer pourquoi cette trêve, et pour comprendre pourquoi ils se battent … Une tentative qui parait vouée à l’échec … « Les enfants ne jouissaient vraiment d’aucune considération dans le pays des hommes : non seulement ils n’étaient pas invités à réfléchir et à chercher des solutions avec les chefs de l’humanité, mais ils n’étaient pas censés aborder des sujets aussi simples et fondamentaux que l’être et la pensée »

Et pourtant c’est toute la beauté du texte de Bordage qui nous propulse, l’espace de deux heures de lecture, dans un conte magnifique, entre magie et réalisme, entre espoir et réalités. J’ai littéralement été envoûtée par ce petit garçon qui nous met en face de nos égarements, de notre brutalité, de nos défauts … J’ai vibré d’indignation avec lui, j’ai été mise à la porte de l’ONU avec lui, ressentant comme lui la frustration de n’être qu’un enfant que personne n’écoute. J’aurais aimé, comme lui, être en paix avec la matière et pouvoir lui parler comme il le fait …

« Je m’abstins de leur dire que le miracle n’était pas un événement exceptionnel, que le miracle était la norme, que leurs vies étaient elles-mêmes des miracles, que l’univers entier était un miracle. »

Un conte hors du temps, à découvrir d’urgence