lettre

Jean est un drôle de libraire : son commerce tient dans une péniche qu’il a baptisée « Pharmacie littéraire ». Car pour lui la littérature est là pour guérir, pour faire du bien, et il est devenu très doué pour estimer ce dont chacun a besoin de lire, à un certain moment de la vie. Mais malheureusement, ça ne marche pas pour lui, et il reste profondément blessé par le départ de la femme qu’il aimait, il y a vingt ans de cela. Partie sans un mot, partie en laissant simplement une lettre. Sous le coup de la colère, Jean a refusé d’ouvrir cette lettre. Et il l’a oubliée. Le personnage en est là lorsque survient le déclic qui donne son sens au roman : alors qu’une nouvelle voisine vient de s’installer, il lui prête un meuble dans lequel elle retrouve LA lettre. Il décide alors de l’ouvrir. Commence ainsi un voyage initiatique au cours duquel Jean Perdu (c’est son nom !) va devoir se défaire de vingt de poussière, de certitudes, de pleurs et de ruminements. Un voyage qui prendra le temps qu’il faut, au gré des caprices des fleuves français, qui l’amènent à rencontrer des personnages hauts en couleur, parfois également blessés. Et à chaque arrêt, il survit en vendant ou en donnant des livres, faisant œuvre ainsi de petite bibliothèque ambulante qui s’insinue jusqu’aux villages les plus reculés, les plus oubliés.

Ce fut une lecture très agréable que ce gros roman publié par Charleston. Si vous ne connaissait pas, c’est une petite maison d’édition qui sait comment faire du bien à ses lecteurs : on en sort toujours avec le sourire aux lèvres, et la certitude de passer un bon moment. Et puis pour les lecteurs, quel meilleur livre que celui qui parle de littérature ? On s’y retrouve ainsi tout du long de beaux passages qui rendent hommage aux livres, à la lecture et à ce qu’elle peut apporter dans la vie d’un homme ou d’une femme. Un roman où il ne faut pas s’attendre à des aventures trépidantes et des rebondissements à toutes les pages : non, c’est un bonbon qu’il faut prendre le temps de déguster. On ne change pas de vie dans un coup d’éclat. On n’apprend rien de durable dans la précipitation. Un texte qui prend son temps, et où il faut prendre son temps.

A découvrir pour les amoureux de la littérature, ou pour ceux qui simplement aiment une bonne histoire …