fractale

Ce roman devrait être lu rien que pour le titre choisi par son auteur ! Un titre qui est bien le reflet de ce dernier d’ailleurs, que j’ai eu la chance de rencontrer : gentil, serein, plein d’humour, c’est le genre d’auteur qui donne envie d’ouvrir immédiatement son texte ! Et c’est ce que j’ai fait, grâce à Cultura qui l’a choisi pour son opération Les Talents à découvrir. Pierre Raufast va en effet avoir la chance de voir son roman mis en valeur durant un an dans tous les magasins Cultura !

Et il le mérite.

En effet, quand je me suis décidée à l’attaquer, un soir à 21h, je ne pensais pas que je le refermerais terminé 2h plus tard … et pourtant ce fut le cas car ce roman est impossible à lâcher une fois commencé ! Et pas seulement par son histoire passionnante, mais aussi et surtout qu’en le refermant, nous prenons le risque de ne plus rien comprendre. Une fois entamé, il faut aller jusqu’au bout.

Car Pierre Raufast a choisi une construction originale pour son texte : il commence par une épouse bien décidée à empoisonner son mari volage avec des raviolis. Mais alors qu’on arrive à l’instant fatal, hop le texte rebondit sur une allusion, et on repart sur une nouvelle histoire … Pour information, une fractale (en mathématique, et d’ailleurs l’auteur n’est pas ingénieur pour rien) est une sorte d’objet gigogne, qui se répète à l’infini, mais qui forme néanmoins un tout cohérent (d’après ce que j’ai compris …).

Ici, ce sont donc 12 histoires qui nous sont données à lire, ayant toute un lien les unes avec les autres, mais qui nous entraînent dans une spirale où nous, pauvres lecteurs, avons peur d’être entraînés à jamais ! Mais l’auteur nous glisse, comme une suggestion, une manière de nous en sortir : « plutôt que de se perdre dans les sous-ensembles, trouver la solution d’ensemble; plutôt que de traiter les parties, considérer le tout. »

Nous sommes ainsi embarqués dans les aventures d’une jeune garçon voyant les infrarouges ; les inventions d’un gardien de moutons expert en stratégie ; les 100 façons de tuer une sauterelle, etc. Toutes sortes de sociopathes qui finiront pourtant par se trouver une utilité dans la société.

Au final, à partir de cette idée très simple, et grâce à une écriture très agréable, l’auteur a produit un texte réellement jubilatoire qui va nécessiter très vite une seconde lecture, plus attentive et plus sereine !