Logo Bilan

Glagla … Avec les premières vagues de froid, les lecteurs comme moi se mettent à hiverner … et à lire ! L’avantage de l’hiver c’est qu’effectivement on est moins tenté de courir par monts et par vaux. A nous donc la chaleur de la couette, assortie d’une bonne tasse de thé et d’un livre captivant : de belles heures en perspective !

Mais avant ça, revenons un peu sur le mois dernier, où l’on peut dire que je me suis régalée !

J’ai d’abord redécouvert l’histoire d’Ivanohé, chevalier incroyable, et de son contemporain, Robin des Bois ! Un roman historique foisonnant, mené tambour battant par Walter Scott qui fut le précurseur des romans à la Dumas …

Puis, alors que Le Passeur de Lois Lowry vient d’être adapté au cinéma sous le nom de « The Giver », j’ai eu envie de relire ce roman. giverEn recherchant des informations dessus j’ai découvert que Le Passeur et L’élue était les deux premiers tomes d’une tétralogie. Je me suis donc empressée de commander les quatre volumes, en anglais (!), et de les dévorer : The Giver, Gathering Blue, Son, Messenger. Tous les quatre sont très beaux, bien écrits, et passionnants, allant au fond de ces mondes dystopiques qui nous parlent de l’homme. giver quartetPuis comme le dit mon conjoint, « j’ai ramené du boulot à la maison », car avec la saison des prix littéraires, nous avions des hordes (si si !) de lecteurs venant nous réclamer les dernières parutions, et souvent nous demander notre avis. J’ai donc successivement lu celui dont j’espérais qu’il aurait le Prix Goncourt : Kamel Daoud pour Meursault, contre enquête ; puis celui qui a reçu le Prix Fémina pour mon plus grand plaisir : Yanick Lahens pour Bain de Lune (paru aux éditions Sabine Wespieser).

Pour les autres, j’avoue qu’ils me tentent beaucoup moins …

Enfin un petit rattrapage de la rentrée littéraire avec Emmanuelle Labrée et son Molière à la campagne, sur les débuts d’une jeune prof dans une région très agricole. Un roman qui accumule les poncifs et ne m’a pas transcendé.

Voilà pour les premières semaines de lecture de novembre. Ensuite pour varier un peu et ne pas lire que du contemporain, j’ai lu un petit Sagan, De guerre lasse, assez sympathique mais qui n’a pas la force de mes premières lectures de Françoise Sagan. Idem pour A contretemps de Jean-Philippe Blondel, même si j’ai bien aimé le narrateur, sa fragilité et son amour de la littérature.

J’ai enfin lu Kafka sur le rivage de Haruki Murakami, mais comme pour les autres de cet auteur mon avis reste partagé.

Pour me changer les idées, j’ai ensuite voyagé en Égypte avec Rosie Thomas, dont j’avais adoré Le Châle de Cachemire. Les Brumes du Caire a moins réussi à me séduire même si j’ai passé un bon moment. 

Très rapidement j’ai également fait mes devoirs de Club en lisant – dans une totale indifférence – Tête-bêche de Liu Yichang,

J’ai aussi fait mes devoirs pour Price Minister et ses Matchs de la Rentrée Littéraire, en savourant Sous les couvertures de Bernard Guillot, qui imagine la révolte des romans destinés au pilon …

Et puis pour finir le mois, un petit Pratchett qui nous parle de la retraite de La Mort – Le Faucheur – et m’a valu des moments de franche rigolade !

En bref un mois très équilibré entre littérature contemporaine, classique, fantasy, historique, etc. Et beaucoup de bonheur de lecture dans ces 15 romans !

Je vous souhaite à tous un bon mois de décembre, et pour un prochain bilan en 2015 !