little wing

Little Wing est une petite ville américaine tout ce qu’il y a de plus banale. On y vit, on y meurt, sans bruit, sans fureur. On en part surtout, comme ces quatre amis d’enfance qui n’ont cessé de se séparer et de se rabibocher mais qui ont toujours fini par revenir dans leur petite ville. Celle où ils ont grandi, celle où ils ont connu la sécurité, l’incompressible liberté de l’enfance et de l’amitié. Au gré des mariages, des divorces, des coups de gueule, en alternant leurs 4 voix, nous suivons un petit peu de leur vie qui, sans être fracassante, est pourtant assez belle pour être racontée. « Nous étions unis par le sentiment d’être différents de notre milieu et aussi peut-être par un sentiment de supériorité par rapport à l’endroit qui nous avait formés. En même temps, nous en étions épris. Épris d’être les rois d’une petite ville, perchés sur ces tours abandonnées, dominant notre avenir, en quête de quelque chose – du bonheur peut-être, de l’amour, ou de la gloire. »

Ode à l’amitié – sans être niais -, ode à vie campagnarde – sans être bucolique -, ode au pardon – sans être moralisateur : ce roman est tout cela à la fois, grâce à la vie de Hank, Lee, Ronny, Kip – qui se déroule sur un fonds de musique country. On en sort un peu triste, un peu mélancolique, mais pourtant on finit par se sentir mieux …