convoi

Tout commence par une rumeur : un mystérieux convoi traverse l’Amazonie, en longeant le fleuve, et se dirige vers le petit village tranquille de Campan. D’un coup tout le monde s’affole : l’armée, les villageois, les voyous du coin. Tandis qu’un flot de femmes venues des quatre coins du monde arrivent. Qu’un guide indien se voit confier un étrange enfant. Et qu’un poète étrange semble être l’investigateur de cette affaire.

Le Convoi est un roman étrange : à mi-chemin entre le réalisme et fantastique, il semble être l’héritier des grands romans sud-américains, au milieu de cette forêt tropicale où il fait trop chaud pour que la population soit tout à fait saine d’esprit … Et il est vrai que cette histoire de convoi semble vraiment délirante, surtout lorsqu’on en connaît le dénouement.

Une fois la dernière page refermée, j’ai eu du mal à dire s’il m’avait plu ou pas, si c’était une bonne histoire ou pas. Et avec le recul, je me suis finalement décidée pour une réponse négative à ces deux questions : l’auteur manie bien le suspens mais j’ai été déçue par l’explication finale, de même que certains événements m’ont paru trop invraisemblables, obscurs. Malgré quelques personnages bien campés, comme Félicité la bonne âme, Jonathan le fils du procureur et ses trafics louches, ou encore la petite Marie qui rêve de voir sa mère sourire enfin, toute cette galerie nuit à l’histoire elle-même : à trop vouloir décortiquer leur vie, leurs aspirations, l’auteur en oublie son lecteur qui voudrait connaître la suite. Cela donne des longueurs qui font perdre le fil. D’autant que la plume n’est pas magnifique, et que les maladresses d’écriture m’ont parfois fait grimacer. N’est pas écrivain qui veut …

En bref, si j’ai bien vu la volonté de l’auteur d’écrire une ode à la nature, à la différence et à l’entente entre les peuples, je n’ai pas aimé la manière qu’elle a eu de le faire …

Au final près d’une semaine après, je n’en retiens pas grand chose, et je suis juste agacée par le sentiment de ne pas être passée loin d’un bon roman …