khadra havane

« Don Fuego » est un vieux chanteur cubain, roi de la rumba, qui conquiert encore les foules dans son cabaret de La Havane … enfin surtout des foules de touristes qui veulent se faire prendre en photo avec lui ! Lorsque le cabaret est privatisé, il n’a aucun doute : il va vite retrouver un lieu où chanter, La Havane n’attend que lui. Sauf que ça ne va pas tout à fait se passer comme ça …  Dieu n’habite plus La Havane ! Mais tandis que son univers s’écroule, il rencontre une jeune femme qui va le bouleverser. 

Bon. Ce roman m’a conforté dans l’idée que j’ai bien aimé les premiers romans de Yasmina Khadra, mais que depuis plusieurs années il a dû mal à me séduire. J’avais déchanté avec L’Olympe des infortunes, et ce dernier roman m’a achevé. Je pense que c’est principalement le personnage qui m’a agacé : typiquement le vieux beau qui se croit encore célèbre et irrésistible et qui va finalement se faire prendre à son propre jeu ! Sans compter que j’ai trouvé des faiblesses de style que je n’avais pas remarqué auparavant, du genre les phrases toutes faites comme « J’incarne mon propre rêve pourtant je croque la vie à pleines dents sans en perdre une miette », une des premières phrases du roman … Côté histoire d’amour, aucun poncif ne nous est épargné pour raconter la relation entre le chanteur et la jeune inconnue.

Le plus intéressant était peut-être qu’il nous proposait un voyage à La Havane, vue de l’intérieur, au moment où le pays s’ouvre au libéralisme. A la suite de Don Fuego, j’y ai découvert l’ambiance musicale, la joie de vivre, mais aussi l’envers du décor, les coercitions, des conditions de vie difficiles pour la majorité de la population.

Malgré ça, je suis passée complètement à côté, mais je pense que c’est dû à une période de ma vie un peu compliquée, où je supporte assez mal les histoires d’amour, même si celle-ci a une fin … surprenante !

A vous donc de voir si vous aimez cet auteur et si vous voulez voyager à Cuba pendant quelques centaines de pages …