martin le guerrier

1988 est décidément une très bonne année ! Non contente d’avoir eu l’honneur de me voir naître, elle fut aussi le témoin de la publication de cette trilogie de Martin le Guerrier, préquel de la série plus connue de Rougemuraille.

J’ai lu Rougemuraille quand j’avais une dizaine d’années. Je me souviens particulièrement bien des aventures de ces souris, écureuils et autres animaux mignons – à la Narnia – qui affronte sans cesse les prédateurs – chats, fouines, etc. 

C’est donc avec plaisir que j’ai replongé dans leurs aventures, plus de 15 ans après … Dans celles-ci, nous découvrons l’histoire de Martin le Guerrier, et ses premières aventures. Il arrive en effet dans la contrée de Mousseray, au milieu de confrontations entre la reine chatte Tsarmina qui asservit les animaux de la forêt, et ces derniers. Les petits animaux finissent par en avoir assez et prennent le maquis. L’Antifélis est né ! Mais la reine est sournoise et sans pitié, et une guerre terrible se prépare …

Ces romans sont un peu étranges : à la fois bien adaptés pour des enfants à partir de 9-10 ans, ils n’en sont pas moins violents. On y retrouve par contre beaucoup d’humour et de malice, ainsi que la description des délicieux petits plats – vegans – que se font les animaux entre chaque combat, ce qui m’a bien fait rire ! 

Si l’on peut dénoncer la niaiserie de certaines situations – et leur simplicité -, j’ai surtout regretté le grand manichéisme qui y règne : les animaux de la forêt sont mignons et tous gentils et intelligents ; les carnivores sont tous méchants et bêtes malgré leurs ruses. Aucune nuance, aucun retournement de veste, aucune défense de ces derniers, ce que je trouve vraiment dommage pour des livres destinés à la jeunesse (enfin en y réfléchissant, pour les adultes aussi !) puisque ce n’est pas leur rendre service que de leur peindre un monde sans nuances. Narnia est plus complexe et davantage satisfaisant.

Néanmoins cela reste des petits romans sympathiques, à lire pour soi ou à voix haute en famille. Et puis ça fait toujours du bien de se replonger dans les lectures de son enfance … 🙂