Qui dit vacances dit lectures … en pagaille ! 

J’ai en effet profité de ma dernière semaine de vacances pour me régaler de quelques publications nouvelles, que je me gardais pour le plaisir ! A peine mes vacances entamées, j’ai dégainé ma liseuse et je ne l’ai plus lâchée, bien décidée à m’octroyer des heures de lecture d’affilée, ce qui m’arrive trop rarement ces derniers temps …

vargas

J’ai démarré ce « marathon » avec le dernier roman de Fred Vargas, Quand sort la recluse. Pour ceux qui ne me connaissent pas, je ne lis aucun polar, sauf ses romans : une belle plume, des personnages croustillants et hauts en couleur, des enquêtes impossibles et un humour maîtrisé, tout ça me permet d’oublier mon opposition aux polars, pendant quelques heures …

Et cette fois-ci encore je n’ai pas été déçue ! Des araignées, des chats, un commissaire Adamsberg en pleine forme, perdu dans la brume (comme d’habitude), plusieurs énigmes entremêlées, des dialogues drôles dans tous les sens, Vargas ne nous a rien épargné ! Je regrette néanmoins que ses dernières enquêtes reprennent le même genre de construction narrative, au contraire de toutes ses premières, qui étaient plus variées. Mais pour les lire une fois par an seulement, ce n’est pas gênant et on la retrouve avec émotion chaque année ! Petit plaisir supplémentaire : le retour d’un historien enquêteur des premiers romans ! 

***

babel

Après une histoire très sombre dans le monde « réel », j’ai eu besoin de m’évader pour un temps, et j’ai donc attaqué le troisième (sur quatre) volumes des aventures d’Ophélie la Passe-Miroir, la meilleure série de fantasy que j’ai lu ces dernières années.

Ici encore, je n’ai pas été déçue, Christelle Dabos est même allée au-delà de mes espérances avec un roman plein de rebondissements, l’approfondissement de ses personnages et un monde extrêmement riche qu’elle développe au fur et à mesure, sans nous lasser (je ne vous parle pas de l’histoire pour ne pas spoiler …)
Une vraie réussite, à découvrir sans tarder !

***

rufin

Tour du monde « réel » avec le roi Zibeline de Rufin, qui nous fait marcher dans les traces de Maurice Beniowski, aristocrate né en 1746 en Slovaquie, et aventurier célèbre ! S’il romance quelque peu, Rufin est tout de même fidèle aux grandes lignes de la vie de cet homme incroyable qui fut, entre autres, roi de Madagascar !

J’ai été littéralement absorbée par cette vie si romanesque, qui avait donc tout à fait sa place dans un roman !

***

bello homme

Enfin, dernière lecture de la semaine, un peu décevante, alors qu’elle était signée d’un de mes écrivains préférés (encore !), Antoine Bello, dont la trilogie des Falsificateurs m’avait sidérée.

Dans ce roman, Bello nous raconte la vie de Walter, qui a tout pour être heureux selon les canons de la société actuelle : enfants, femme, maison, belle entreprise florissante. Mais entre tout ça, Walter manque de la plus élémentaire liberté et surtout de temps … Il se décide à simuler sa mort pour vivre libre, loin de sa vie d’avant … Mais son assurance lance un détective sur ses traces, qui ne le lâchera pas.

Je n’étais pas convaincue d’avance par ce thème rebattu, mais je voulais faire confiance à Bello. J’ai bien sûr retrouvé son écriture maîtrisée, efficace et pourtant poétique. Son humour. Son intelligence et sa finesse, qu’il transmet à ses personnages. Mais j’ai été déçue par un fin trop « facile », qui donne la part belle au romanesque et excuse trop Walter de sa trahison …

C’était tout de même une lecture agréable, mais qui ne démontrait pas le génie de cet auteur, contrairement à d’autres, en particulier son dernier, Ada.

*

Voilà pour mon avis très succinct sur ces livres, dont je voulais vous parler … avant mes prochaines vacances ! 4 auteurs français très différents dotés chacun d’une plume de qualité, qui savent raconter des histoires, nous faire voyager avec talent ! Merci à vous !