été

L’été c’est le moment où on en profite pour des lectures différentes … en l’occurrence je m’étais gardée quelques « bonbons » que je pourrais savourer avec délectation en voyageant … et c’était un bon choix, qui me donne envie de vous en parler rapidement maintenant !

Le mystère Sherlock / J. M. Erre

sherlock

« En ce joli mois de mai, la neige était tombée dru juste pour énerver le réchauffement climatique »…

Un congrès de passionnés de Sherlock Holmes, à l’hôtel Baker Street en Suisse.
Une tempête de neige d’une violence rare.
10 morts inexplicables, à l’arrivée des secours trois jours après.
Comment sont-ils morts ? Se sont-ils entre-tués ? Serait-ce un simple remake des 10 petits nègres ? Suspens …

« Le meurtre moderne, c’est un peu comme là nouvelle cuisine : on va chercher des influences un peu partout, on fait des mélanges et, neuf fois sur dix, on est déçu. Là on avait un bon vieux crimes à l’ancienne, une valeur sûre. Le surin dans le palpitant, c’est le pot-au-feu du meurtre. »

Des universitaires complètement farfelus, des références littéraires, du mystère, que de bons ingrédients pour ce roman hilarant qu’on ne peut lâcher une fois commencé ! Coup de chapeau à la pirouette finale que je n’attendais pas du tout ..

De plus, entre deux moments hilarants, il questionne avec adresse la limite entre fiction et réalité.

« Qu’est ce qui sépare pour nous, aujourd’hui, un personnage historique d’un personnage de fiction ? En quoi Jeanne d’Arc a-t-elle plus de réalité qu’Hamlet ? Qu’est ce qui différencie Alexandre le Grand d’Ulysse ? Le temps passe et les frontières deviennent floues… […] Le temps transforme le réel en fiction, l’Histoire n’est qu’un vaste roman, et ce qui importe pour un personnage, ce n’est pas qu’il ait ou n’ait pas existé, mais qu’il existe encore. »

Ce roman est un véritable vent frais au milieu de lectures plombantes, à garder pour un jour de déprime ! Et puis vous ne verrez plus jamais Sherlock Holmes de la même manière …