soleil pavlenko

Tout d’abord, avant de commencer, un conseil : manger des coquillettes en lisant ce livre, le meilleur moyen de garder le moral tout en retombant dans notre état d’esprit d’adolescent … Ce conseil vous permettra de suivre plus confortablement les aventures de Déborah dont l’année du bac va être plus que tourmentée. 

Tout commence par sa rentrée : Déborah découvre d’abord qu’elle n’est pas dans la même classe que sa meilleure amie. Cette dernière la délaisse d’ailleurs peu à peu pour faire la cour au garçon le plus mignon du lycée. Puis elle découvre que son père trompe sa mère. Et sa mère se met à découper des magazines à vitesse grand V à longueur de journées. L’univers de Déborah s’effondre donc, et ce n’est pas son chien « clochard » Isidore, qui pue et qui pète, qui va améliorer l’ambiance … Pourtant, elle va découvrir une autre sorte d’amitié grâce à deux garçons, Victor et Jamal, ce dernier étant fou des mygales … Bref son année ne va pas être de tout repos, mais entre rires et larmes, elle s’en sort tant bien que mal.

Sous ses dehors assez simple, c’est au final un beau roman sur l’adolescence, bien construit et bien écrit ; ainsi que sur l’amitié et la famille. Une histoire sensible et intelligente, celle d’une adolescente ordinaire qui rentre dans l’âge adulte, avec fracas et sans s’en rendre compte.