Résultat de recherche d'images pour "La mythologie viking / Neil Gaiman (2017)"

Il n’y a qu’à lire son American Gods pour savoir que Neil Gaiman est passionné de mythologie depuis toujours. Il faut d’ailleurs même mieux lire cet ouvrage avant American Gods, pour mieux comprendre qui est qui …

« Les mythes nordiques sont ceux d’une région glacée, aux longues, longues nuits d’hiver et aux jours d’été sans fin, les mythes d’un peuple qui ne se fiait pas totalement à ses dieux et ne les aimait pas vraiment, même s’il les respectait et les craignait. »

Neil Gaiman nous propose en effet une somme assez complète de la mythologie nordique : on suit les aventures d’Odin, de Loki, de Thor, tous noms que nous connaissons de loin sans savoir quels mythes leur sont associés. Comme dans les autres mythologies, grecque ou égyptienne par exemple, les dieux sont « à l’image des hommes » (ou est-ce l’inverse ?) : jaloux, violents, rancuniers, concupiscents, mais aussi fiers et passionnés, capables d’amour, d’amitié. Simplement tous ces traits de caractère sont plus marqués chez eux, plus exagérés, plus « violents ». Les mythologies sont à l’image des civilisations qui les ont inventées : chez les Vikings on y trouve des géants qui forment des montagnes, des rivières créées par un simple coup de pied. Le paysage se forme et se déforme selon les mythes, pour créer celui que l’on connaît aujourd’hui.

Qu’importe que Neil Gaiman avoue avoir arrangé certains mythes, avoir choisi les versions qu’il préférait : les mythes ont cet avantage de n’avoir pas de forme fixe, à chaque narrateur ils évoluent et c’est ce qui fait leur richesse.

Ce qui différencie ce texte avec tout ce qui a été écrit précédemment, c’est la souplesse de la plume de Neil Gaiman : légère et drôle, elle nous entraîne gaiement dans des aventures pourtant souvent sombres où tous les dieux sont attachants, même l’enfant terrible Loki, qui casse systématiquement, puis répare ses fautes …

« – Loki, déclara-t-il. C’est Loki qui a fait ça.
– Pourquoi dis-tu cela? […]
– Parce que, lui dit Thor, dès que quelque chose ne va pas, la première idée qui me vient toujours à l’esprit est d’y voir la faute de Loki. Ça fait gagner du temps considérable. »

Une somme de petites histoires qui se dévorent tel un roman, et qu’on ne peut plus lâcher une fois commencée. 

« J’ai été surpris, quand j’ai eu fini les histoires et que je les ai relues à la suite, de découvrir qu’elles ressemblaient à un voyage, de la glace et du feu où commence l’univers, jusqu’au feu et à la glace qui achèvent le monde. »