J’ai déjà eu l’occasion de lire un roman de W. Wilkie Collins il y a quelques années, La Dame en blanc, qui est son plus connu. J’avais bien aimé mais sans avoir réellement envie d’en lire d’autres … C’est chose faite avec Sans nom, que j’ai écouté en livre audio (31h d’écoute !) grâce au site www.litteratureaudio.com qui met gratuitement en ligne des livres lus par des bénévoles. Ce dernier a été particulièrement bien lu par Daniel Luttringer, qui a su rendre vivantes ces 900 pages !

Mais laissez-moi vous en dire plus.

Nous sommes en 1846, dans la campagne anglaise, et les Vanstone (la mère, le père et les deux filles) vivent heureux, riches et aimants dans leur belle maison de Combe-Raven. Norah et Magdalen sont très différentes, l’une sage et l’autre agitée. Cette dernière va bientôt épouser le fils d’un voisin. Bref tout va bien !

Jusqu’à un terrible accident de train qui les prive de leur père, puis bientôt de leur mère, morte de chagrin. Prochain coup du sort : les deux filles apprennent que leurs parents ne se sont mariés que récemment, car le père était liée à une femme folle qui vient seulement de mourir et de le laisser libre. Or il n’a pas eu le temps de rédiger de nouveau son testament en faveur de ses filles. Suite à sa mort inopinée, celles-ci se retrouvent sans nom, sans fortune et sans personne pour les aider. La fortune de leurs parents revient à leur oncle, brouillé à mort avec leur père, et qui refuse de leur laisser le moindre denier. Elles vont donc devoir se débrouiller par elles-mêmes … mais c’est sans compter l’opiniâtreté et les idées de vengeance de Magdalen, impitoyable jusqu’au bout, qui prendra le risque de se perdre elle-même.

« Existe-t-il, variant à l’infini selon chaque individu, des forces innées qui nous poussent, tous tant que nous sommes, vers le Bien ou vers le Mal ? forces cachées à des profondeurs où ne sauraient atteindre ni les encouragements purement humains, ni la contrainte humaine, Bien caché, Mal caché, tous deux également à la merci de l’occasion qui les libère, de la tentation qui les provoque ? De leur étroit cachot, le hasard des circonstances garde-t-il toujours la clef ? Et n’est-il pas ici bas de surveillance attentive qui nous puisse révéler à temps l’existence de ces forces prisonnières en nous-mêmes, et auxquelles cette clef peut donner issue ? »

Le roman est magistral, quoique un peu longuet parfois même s’il alterne des phases du récit par différents narrateurs, entrecoupées de lettres qui font avancer l’histoire à petits bonds dans le temps. Cette alternance dynamise le récit et évite de perdre le lecteur. Il parvient ainsi à nous tenir en haleine jusqu’au bout de cette histoire de vengeance impitoyable qui m’a accompagné sur plus de quinze jours d’écoute.

Chapeau également aux personnages hauts en couleur, Magdalen en premier mais aussi le capitaine ou la terrible Mrs Lecount qui ne se laisse pas tomber dans leurs machinations. Tous sont touchants car nuancés, pour aucun on ne peut avoir du mépris car poussés par de nobles attitudes (même le capitaine oui oui !), ils essaient d’agir comme il convient.

Avec une plume magnifique et moderne, W. Wilkie Collins démontre encore une fois qu’il est le maître du suspens, à la fois précurseur des romans d’aventure de l’époque, à feuilletons, et des romans policiers contemporains. Un auteur à découvrir, si vous n’avez pas peur des pavés !