lapin

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous commencez à avoir l’habitude de ce petit lapin blanc … Je suis toujours dans ma vertueuse décision de chroniquer mes dernières lectures et je m’y tiens ! Aujourd’hui deux romans français récents, et un roman classique de science-fiction anglais 🙂

1144 livres / Jean Berthier (2018)

1144 livres

Ce petit roman ne paie pas de mine et pourtant, il nous fait passer un bon moment !

« Ma mère, comme dans un conte cruel pour enfants, s’était transformée en livres. » Ainsi s’exprime le narrateur, né sous X, bibliothécaire de profession, qui voit sa vie bouleversée par la lettre d’un notaire. Il y apprend que sa mère biologique, dont il ignore absolument tout, vient de mourir et lui laisse un héritage singulier : 1 144 livres. Que penser de ce geste ? Faut-il accepter l’héritage de quelqu’un qui vous a abandonné ? Qui était la femme cachée derrière ces ouvrages ? Seront-ils le chemin vers une mère retrouvée ?

Confrontant le narrateur à ses origines obscures, cet événement va être l’occasion pour lui de comprendre qui était cette mère, et surtout quelle place a pu tenir les livres dans sa vie à elle, mais aussi dans la sienne. Très bel éloge de la lecture et de la littérature, ce roman sans prétention sonne juste et on oscille avec le personnage principal : accepter ou ne pas accepter ce don ? et puis après, ça ne fait rien si on ouvre juste un petit carton pour voir, non ? 🙂

« Arpenter la bibliothèque d’un autre, c’est traverser un pays dont on connaît la langue mais dont l’étrangeté grandit à mesure qu’on y pénètre. »

***

Enquête sur la disparition d’Emilie Brunet /
Antoine Bello (2010)

bello

Antoine Bello est l’un de mes auteurs préférés. Rencontré à l’occasion d’un Salon du livre, je lui ai demandé de me conseiller un de ses textes que je n’avais pas encore pu découvrir. Après avoir dialoguer quelques minutes, il m’a tendu celui-ci … qui m’a laissé bien perplexe après sa lecture mais encore une fois terriblement séduite par cet auteur passionnant et éclectique.

Le détective Achille Dunot souffre d’une étrange forme d’amnésie. Depuis un récent accident, sa mémoire ne forme plus de nouveaux souvenirs, si bien qu’il se réveille chaque matin en ayant tout oublié des événements de la veille.
Quand le chef de la police lui demande d’enquêter sur la disparition d’Émilie Brunet, une des femmes les plus riches du pays, Achille décide de tenir un journal dans lequel il consignera le soir, avant d’aller se coucher, les enseignements de la journée. Lui qui ne jure que par Agatha Christie devient ainsi à son insu le héros et le lecteur d’un drôle de roman policier… dont il est aussi l’auteur.
Très vite, tout accuse Claude Brunet, le mari de la disparue. Il a plusieurs mobiles et aucun alibi. Il se vante à demi-mot d’avoir commis le crime parfait. Mais surtout, il ose critiquer les méthodes d’Hercule Poirot…

Faux roman policier, enquête littéraire, mise en abyme, ce roman est tout à la fois et du coup terriblement jubilatoire ! Comme d’habitude, Antoine Bello joue avec les codes pour égarer son lecteur. Mais je ne peux vous en dire plus au risque de vous dévoiler des scènes importantes … Qui a tué Emilie Brunet ? A vous de le découvrir, et revenez me voir pour discuter de la fin ! 🙂

***

Le dernier restaurant avant la fin du monde /
Douglas Adams (1980)

adams

Pour terminer, un roman également jubilatoire, dans le domaine de la science-fiction cette fois ! Pendant de Terry Pratchett pour la fantasy, Douglas Adams et l’auteur satirique par excellence dans le domaine de la science-fiction. Il joue avec les codes, perd le lecteur, et est devenu ainsi, un des grands classiques du genre.

Deuxième volume de la pentalogie de H2G2, Le Guide du voyageur galactique (dont les tomes peuvent se lire séparément), Le dernier restaurant avant la fin du monde est le livre absurde le plus logique que j’ai jamais lu …

« La cuisine anglaise est exécrable. Moins abominable, cependant, que la poésie des Vogons, un peuple fier, ombrageux, et éminemment irritable. D’ailleurs, les Vogons ont fait sauter la planète Terre, soi-disant par erreur. Pas de panique ! Grâce au fabuleux Guide galactique, le pauvre Arthur Accroc, ex-citoyen britannique désormais apatride et passablement désemparé devant tant d’inconvenance, pourra affronter sans crainte les improbables méandres d’un univers en folie. Rien ne l’empêchera, pas même un ascenseur dépressif, d’arriver à temps pour déguster le Plat du jour au Dernier Restaurant avant la Fin du Monde. »

Douglas Adams nous entraîne dans son monde délirant, avec ses héros pathétiques mais attachants, qui luttent pour venir à bout de toute cette absurdité. Voyages dans le temps, vaisseaux spatiaux et humour british tout y est pour les amateurs de SF, ou pour ceux qui la détestent et sont contents d’y trouver une nouvelle base pour leurs critiques ! Dans les deux cas, lisez-le !