Recherche

Le Blog des Livres qui Rêvent …

Catégorie

Quasi-coup de coeur

Tours et détours de la vilaine fille / Mario Vargas Llosa / 2006

llosa

Tours et détours de la vilaine fille porte bien son titre ! Tours et détours de deux héros, pendant 40 ans, de Lima à Paris.

Dans ce roman très inhabituel, Mario Vargas Llosa – Prix Nobel de Littérature 2010 – nous fait en effet voyager dans le monde entier : de l’Amérique latine – le Pérou – à l’Europe – la France, entre autres, et Paris ! – en passant par l’Asie, nous marchons dans les pas de Ricardo, obnubilé par une « vilaine fille » qu’il a rencontré à 15 ans à Lima, dans les années 50. Lire la suite

Les portes et les sons qu’elles font / Jean-François Dion (2016)

portes dion

« On m’a volé ma vie en me prenant la leur. Je me suis emmuré, j’ai fui, j’ai disparu, j’ai été seul. J’ai écouté passer le temps, qui ne fait pas tant de bruit. Les portes s’ouvrent et se referment. Devant moi. Derrière moi.
Elles étouffent et gueulent des sons. »

Les portes et les sons qu’elles font. Quel drôle de titre pour un roman, me direz-vous ? Et pourtant, une fois ce livre refermé, je l’ai trouvé parfaitement approprié.

Lire la suite

Cet été, rigolez ! 3 auteurs à ne pas manquer 3/3

été

L’été c’est le moment où on en profite pour des lectures différentes … en l’occurrence je m’étais gardée quelques « bonbons » que je pourrais savourer avec délectation en voyageant … et c’était un bon choix, qui me donne envie de vous en parler rapidement maintenant !

Le théorème du homard + La théorie de la cigogne / Graeme Simsion

Don Tillman, professeur de génétique, a décidé qu’à 40 ans, il était temps de rencontrer une femme !

« J’ai trente-neuf ans, je suis grand, en bonne santé et intelligent, j’occupe une position sociale relativement élevée et je touche un salaire supérieur à la moyenne en tant que professeur associé. En toute logique, un grand nombre de femmes devraient me trouver attirant. Dans le règne animal, je n’aurais pas de difficulté à me reproduire. »

Sauf que Don n’est pas tout à faire comme les autres … inapte à vivre en société, il régit sa vie minute par minute, optimisant chaque action et dérogeant rarement à ses habitudes, jusqu’à avoir planifier les mêmes repas chaque semaine. Aidé de son ami Gene, il élabore un questionnaire extrêmement détaillé à soumettre aux postulantes de « l’Operation Epouse ». Tout échoue jusqu’à ce que débarque Rosie, jeune étudiante spontanée, tout le contraire de Don … Tout n’est pas rationalisable dans la vie, et l’amour moins que le reste ! 

J’admire la dextérité de Graeme Simsion à se mettre dans la peau de son personnage, dans son cerveau même, à qui échappe les milliers de conventions sociales que l’on intègre au quotidien sans s’en rendre compte … Les situations que cela induit sont toutes plus croustillantes les unes que les autres, à partir du fameux Incident de la Veste, qui pousse Don (champion d’aïkido) à démolir un videur de restaurant, et qui inaugure sa relation avec Rosie !

Hilarant d’un bout à l’autre, intelligent et fin, le roman questionne les relations sociales, ce que l’on peut accepter ou pas … et nous fait nous attacher à cet asocial, que l’on excuse toujours !

Et découvrez la suite des aventures de Don et Rosie dans Le théorème de la cigogne, comment devenir un père idéal ! 

cigogne

Cet été, rigolez ! 3 auteurs à ne pas manquer … 2/3

été

L’été c’est le moment où on en profite pour des lectures différentes … en l’occurrence je m’étais gardée quelques « bonbons » que je pourrais savourer avec délectation en voyageant … et c’était un bon choix, qui me donne envie de vous en parler rapidement maintenant !

Le mystère Sherlock / J. M. Erre

sherlock

« En ce joli mois de mai, la neige était tombée dru juste pour énerver le réchauffement climatique »… Lire la suite

Cet été, rigolez ! 3 auteurs à ne pas manquer … 1/3

été

L’été c’est le moment où on en profite pour des lectures différentes … en l’occurrence je m’étais gardée quelques « bonbons » que je pourrais savourer avec délectation en voyageant … et c’était un bon choix, qui me donne envie de vous en parler rapidement maintenant !

La malédiction des pharaons / Elizabeth Peters (1981)

pharaons

Ce roman est le deuxième tome de la série consacrée aux aventures d’Amelia Peabody, égyptologue passionnée de la fin du XIXe siècle. Dans le premier, elle y rencontrait son mari et résolvait une énigme policière. Désormais mère d’un petit Ramsès, cela ne l’empêche pas de se rendre en Egypte avec son époux bourru et de reprendre des fouilles interrompues par la mort d’un archéologue. Sauf que très vite, les morts se multiplient et que la rumeur d’une malédiction se répand …

Énigme policière + personnages décapants + Egypte passionnante + humour = un très bon roman, dans la lignée du premier (et des suivants apparemment, vu l’avis enthousiaste de deux amies passionnées par l’Egypte !), qui vous fera sourire (et même rire !) du bout en bout, tout en apprenant plus sur cette civilisation.

« Les événements que je vais vous relater commencèrent par un après-midi de décembre, jour où j’avais convié Lady Harold Carrington et certaines de ses amies à prendre le thé.
Ne vous laissez pas abuser, aimable lecteur, par cette déclaration liminaire. Elle est exacte, certes (comme le sont toutes mes déclarations), mais si vous nourrissez l’espoir de lire un récit de simplicité pastorale, agrémenté de commérages sur la haute société du comté, vous serez cruellement déçu. La paix bucolique n’est point mon élément, et l’organisation de goûters n’est en aucun cas ma distraction favorite. Pour tout dire, je préférerais être pourchassée dans le désert par une bande de derviches sauvages armés de lances et assoiffés de sang. […] Remarquez, Emerson a déclaré un jour que si je devais réellement rencontrer une bande de derviches, même les plus pacifiques d’entre eux seraient enclins à me massacrer au bout de cinq minutes, excédés par mes incessantes récriminations. 
Pour Emerson, il s’agit là d’une remarque spirituelle. »

Watership down / Richard Adams (1972)

watershipdown.jpg

Il y a une quinzaine d’années maintenant, j’ai lu un roman qui s’intitulait « les Garennes de Watership down ». On y découvrait Cinquin, Noisette et autre lapins mignons à qui il arrivait plein d’aventures. Voilà ce que j’en avais retenu jusque-là, ainsi que le souvenir d’avoir passé un bon moment. Or voici qu’en 2016, la maison d’édition Monsieur Toussaint Louverture décide de publier une nouvelle traduction de ce classique de Richard Adams, publié en 1972 (écoulé à 50 millions d’exemplaires dans le monde depuis). Exit les noms gnangnan, voilà Hazel, Fyveer et autres lapins aux noms glorieux. Exit la couverture gnangnan avec les petits lapins dans la prairie : ici les couleurs sont sombres, le grand lapin inquiétant …

Pour autant, vous me direz : mais le texte est le même ? Oui bien sûr, mais pour le coup, c’est moi qui ait changé … Et là où je n’ai vu qu’un roman d’aventures il y a 15 ans, j’y ai vu beaucoup plus cette fois-ci …

Lire la suite

Les règles d’usage / Joyce Maynard (2016)

maynard

Suite de ma revue de la rentrée littéraire …

Auparavant, j’ai pu apprécier quelques romans de Joyce Maynard : Les Filles de l’ouragan, qui m’avait un peu déçue, mais aussi Long week-end qui m’avait ravi par son intensité dramatique et par le fin décorticage des sentiments de 3 personnes très différentes, dans un huis-clos.

C’est cette dernière impression que j’ai retrouvé dans Les règles d’usage de Joyce Maynard. Pourtant le sujet n’étais pas particulièrement attractif pour moi : 15 ans après le 11 septembre 2001, je restais sur Windows on the World de Beigbeder, qui reste le seul roman que j’ai lu sur ce sujet. Mais je suis contente d’avoir découvert cet événement sous un autre angle.

Lire la suite

Ce vain combat que tu livres au monde / Fouad Laroui (2016)

laroui

Je continue ma revue de la rentrée littéraire ! Après Dieu n’habite pas La Havane de Yasmina Khadra, qui avait été une déception, voilà le dernier roman de Fouad Laroui. De lui, j’avais beaucoup aimé Une année chez les Français, un peu moins les suivants. Dans tous pourtant, j’ai su apprécier la finesse d’analyse et l’humour présents.  Lire la suite

Ada / Antoine Bello (2016)

ada

Ada : un titre intrigant pour ce nouveau roman d’Antoine Bello, que j’attendais avec impatience depuis la sortie des Producteurs, dernier opus de la trilogie des Falsificateurs, qui fait partie de mes meilleurs livres lus.

Et autant vous le dire tout de suite : je n’ai pas été déçue ! Lire la suite

Les petites reines / Clémentine Beauvais (2015)

Couv_Les-petites-reines.jpg

A 15 ans, Mireille Laplanche vient d’être réélue Boudin d’argent de son lycée, perdant ainsi son titre de Boudin d’or récupérée par Astrid, nouvelle venue à Bourg-en-Bresse et au lycée où ce stupide concours de « Boudin » est mis en place. Grosse et moche, Mireille s’y attendait, et se protège par une ironie mordante qui déstabilise toutes les critiques. Mais Astrid et la troisième nommée, la petite Hakima, 12 ans, n’y étaient pas préparées. Elles se retrouvent toutes les trois, soutenues seulement par leurs familles, et sympathisent.  Lire la suite

Quoi de neuf sur la guerre ? / Robert Bober (1993)

Afficher l'image d'origine

« Quoi de neuf sur la guerre ? » C’est la question récurrente de Léon le presseur, ouvrier dans un atelier de confection, en 1947, à Paris. Quoi de neuf sur la guerre ? Eh bien la France se remet de la guerre, panse ses plaies, essaie de se rappeler ce que c’était que de vivre ensemble, avant. Les enfants apprennent à vivre seuls. On commence à faire des blagues. La vie reprend, mais les larmes ne sont jamais loin. Et « Les larmes, c’est le seul stock qui ne s’épuise jamais ».

Lire la suite

L’enfant nu / Convard, Djian, Corbet (2013)

enfant nu

Il y a six ans, Maryse et Jean étaient un jeune couple heureux, achetant un appartement, attendant un enfant qui complètera leur bonheur. Il a suffit de quelques jours pour que ce bonheur éclate en mille morceaux : une fausse couche, un enfant mort et le deuil d’une vie rêvée. Six ans après, Maryse, muette, s’est changée en tas de graisse, persuadée qu’elle doit toujours nourrir cet enfant qu’elle a perdu. Jean assiste, impuissant, à la dérive de sa femme. Mais un jour, devant son immeuble, il aperçoit un étrange enfant nu … Se peut-il que leur enfant soit toujours en vie ?

Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :