Recherche

Le Blog des Livres qui Rêvent …

Catégorie

Fantastique

Conte d’hiver / Mark Helprun (1983)

hiver

Attention, préparez-vous à avoir froid  … pendant 1000 pages ! J’ai mis longtemps à attaquer ce pavé, et pourtant la quatrième de couverture, et la couverture elle-même m’attiraient !

Nous sommes en hiver, New York il y a un siècle, un voleur nommé Peter Lake se fait poursuivre par une troupe de truands, trouve un cheval blanc magnifique, leur échappe. Nous sommes en hiver, New York il y a moins d’un siècle, Peter Lake tombe amoureux d’une jeune femme condamnée par la tuberculose.
Nous sommes en hiver, New York il y a cinquante ans, Peter Lake est oublié, New York est la proie des voleurs et des destructeurs.
Nous sommes en hiver, New York au XXIe siècle, des gens qu’on croyait mort depuis un siècle réapparaissent et veulent construire le pont ultime, celui qui mènera l’espèce humaine au ciel …

« Dans les anciens rêves de feu des Baymen, la fin des temps, qui bien entendu serait pleine de difficultés, ne devait pas cependant être redoutée. Selon le treizième chant, un signe certain que la fin des temps était arrivée serait l’apparition « d’un arc en ciel solide s’élevant de la glace pour s’enfoncer dans un rideau blanc, tandis que sur son arc de lumière clignotante apparaîtraient des milliers de marches accueillantes. »

Lire la suite

Par bonheur le lait / Neil Gaiman (2015)

lait.jpg

Un matin, au petit-déjeuner, un petit garçon et sa sœur découvrent qu’un horrible événement s’est produit : il n’y a plus de lait dans le frigo ! Impossible de faire un bon petit-déjeuner sans lait, parce que les céréales ce n’est pas bon avec du ketchup … Et puis papa ne peut pas se faire son thé. N’écoutant que son courage, ce dernier se décide à aller à l’épicerie pour acheter du lait. Sauf que les heures passent, et qu’il ne revient pas … A son retour, il raconte à ses enfants l’incroyable histoire qui lui est arrivée : celle-ci implique un stégosaure qui voyage dans le temps, un complot international, des piranhas … et du lait ! Lire la suite

Je suis un dragon / Martin Page (2015)

dragon

Margot est une jeune fille de 12 ans, frêle, timide, et sans histoires … sauf que ses parents ont été assassinés sous ses yeux … sauf qu’elle semble être indestructible, la peau aussi dure que du béton. Cette force, le monde entier va la découvrir au milieu des restes sanglants d’adolescents qui ont essayé d’agresser la jeune fille. A présent, Margot va devoir vivre avec leurs fantômes, et sous le microscope de docteurs pas toujours bienveillants qui tentent de comprendre ses pouvoirs. Et lui proposent la rédemption.

« Tu vas te racheter. Et nous allons t’aider dans cette entreprise. Tu peux accomplir de grandes choses. Tu peux sauver des vies par milliers. » Lire la suite

Deux romans de Polly Shulman pour le prix d’un !

grimm

J’ai d’abord découvert cette auteur de littérature jeunesse avec ce gros roman, qui m’a attirée par son titre et son pitch : la jeune héroïne, Elizabeth Drew, se fait embaucher dans une mystérieuse bibliothèque où l’on ne stocke pas des livres mais des objets … magiques ? Tout le laisse penser mais Elizabeth ne parvient pas à obtenir de réponses claires de la part du personnel, surtout lorsqu’elle entend parler de la collection Grimm, supposée contenir des objets issus des contes. Et puis tout se précipite un jour qu’elle se retrouve nez à nez avec un gigantesque oiseau, tout droit sorti de l’imagination des Grimm …

Si le style n’est pas fracassant, j’ai été prise dans ce récit drôle, frais et intelligent. Un bon divertissement qui plaira aussi bien aux adolescents qu’aux adultes ouverts à l’imaginaire et à la magie. Un bémol cependant pour cette habitude des romanciers jeunesse de nous rajouter une couche de sentimentalisme et de dialogues mielleux entre adolescents, ou alors c’est que je suis maintenant vraiment très loin du cœur de cible … Enfin un univers tout de même sympathique, que l’on peut retrouver dans le second volume, L’Expédition H. G. Wells.

*JANE_AUSTEN_couv.indd

En écrivant l’article précédent sur La Malédiction Grimm, je me rends compte qu’il est intéressant de chroniquer en même temps deux livres du même auteur. Car on y retrouve les mêmes défauts …

Dans « La fille qui voulait être Jane Austen » (un titre qui n’a d’ailleurs aucun rapport avec celui en anglais, Enthousiasm, ce qui est d’ailleurs très significatif quand on pense au contenu), on découvre la jeune Julie, adolescente assez banale et pourtant pourvue d’un humour très caractéristique qui me l’a fait apprécier d’emblée. Elle raconte ses aventures avec sa meilleure amie, Ashley, qu’elle appelle l’Enthousiaste de par sa capacité justement à s’enthousiasmer, pour des temps des courts … après la période pâtisserie, Julie s’apprête à subir la période Jane Austen ! Robes longues, beau parler et séduction seront donc désormais les credo d’Ashley qui s’est mis dans la tête de se trouver un Mr Darcy et un Mr Wickham pour elles-deux. Des situations rocambolesques se préparent …

Si j’ai aimé le début pour son côté original (le caractère des filles, les allusions à la littérature même si elles se limitent à Orgueil et Préjugés, c’est déjà pas mal !), très vite Polly Shulman retombe dans le mielleux que j’ai critiqué dans La Malédiction Grimm. Le roman perd en richesse au fur et à mesure, me perdant en même temps. Alors certes il se lit vite, mais je n’ai pu m’empêcher d’en garder un arrière-goût de déception en le refermant, puisqu’il ne tient pas toutes ses promesses.

Pour conclure sur ces deux romans : au final j’en ai tiré la même réflexion, un bon départ, une bonne idée et puis ça se perd … Et c’est dommage !

L’Océan au bout du chemin / Neil Gaiman (2014)

océan chemin

J’ai découvert Neil Gaiman il y a quelques années, avec son roman American Gods. Mêlant réalité et fantastique, violence et conte, ce texte ne m’avait pas plu et je l’avais arrêté assez rapidement. J’étais restée sur cette expérience lorsqu’en 2010, alors que j’étais en stage dans une bibliothèque anglaise, j’ai pu assister à la remise de la Carnegie Medal (haute distinction de littérature jeunesse en Angleterre), qui fut remise cette année-là à Neil Gaiman pour The Graveyard Book, traduit sous le titre de « L’étrange vie de Nobody Owens ». A partir de cette lecture, un chef d’oeuvre du genre fantastique que j’ai adoré, je suis devenue une des nombreuses fans de l’imaginaire et de l’écriture de cet auteur : avec un talent de conteur magique, il nous transporte dans des mondes étranges, pas toujours cohérents, dans lesquels des personnages bizarres évoluent, pour notre plus grand bonheur. Je l’associe désormais souvent dans mon esprit à Tim Burton. Lire la suite

Enchantement / Orson Scott Card (1999)

enchantement

1975. A cause de la répression soviétique, la famille d’Ivan, juifs russes, est obligée de fuir le pays. Destination : L’Amérique ! Mais juste avant de partir, ils font une escale chez un cousin, en Ukraine. C’est là qu’Ivan va faire une expérience particulière … égaré, il découvre une clairière mystérieuse, où il pense apercevoir une jeune femme endormie, gardée par un monstre. Effrayé, il fuit mais le souvenir restera toujours présent dans sa mémoire. Des années plus tard, jeune homme brillant, diplômé, il se rend en Ukraine pour faire des recherches sur les contes et légendes russes. Irrésistiblement attiré, il se retrouve dans cette même clairière. Et cette fois-ci, il prendra son destin en main …

« Il avait accompli ce qu’il était venu faire : dégager les feuilles, vaincre la bête, franchir la fosse, réveiller la princesse. Les contes s’arrêtaient là ; dans aucun d’entre eux le prince charmant ne restait tout nu à trembler de froid entre la forêt et la fosse. »  Lire la suite

La Horde du Contrevent / Alain Damasio (2004) #Bestofthebest12

« Nous sommes partis d’Aberlaas, Extrême Aval, il y a 27 ans maintenant. Nous avions 11 ans. Et nous ne nous sommes jamais retournés. »

Ainsi commence cette formidable épopée d’une vingtaine de fous, la 34e Horde du Contrevent qui a pour objectif d’atteindre l’Extrême-Amont du monde. Aucun être humain ne l’a jamais fait. Au point que certains se demandent s’il existe vraiment un Extrême-Amont, où le vent phénoménal qui souffle sur ce monde prendrait sa source : « Ce rêve têtu, de la plus haute crétinerie, cette chimère d’atteindre un beau jour le bout de la Terre, tout là-haut, l’Extrême-Amont, à boire le vent à sa source – la fin de notre quête, le début de quoi ? » Lire la suite

Au coeur du Grand livre des gnomes de Terry Pratchett (1989-1990) #Bestofthebest9

L’auteur

Terry Pratchett est un écrivain britannique né en 1948. Il est surtout connu pour ses romans de fantasy humoristiques prenant place dans l‘univers du Disque-monde, dans lequel il détourne les canons du genre pour se livrer à une satire de divers aspects de la société contemporaine.

Pratchett publie son premier roman en 1971, mais ce n’est qu’en 1983 qu’il rencontre vraiment le succès avec le premier volume des Annales du Disque-monde. Il devient par la suite l’un des auteurs de fantasy les plus prolifiques (les Annales comptent plus de trente tomes) et les plus appréciés (ses livres se sont vendus à plus de 65 millions d’exemplaires).Selon un sondage publié en 2006 dans le magazine littéraire britannique Book Magazine, Terry Pratchett est le second auteur vivant le plus apprécié de ses compatriotes, derrière J. K. Rowling.

Il est anobli par la reine en 2008, et reçoit de nombreuses récompenses pour son œuvre. Atteint d’une forme rare de la maladie d’Alzheimer, il entame en 2011 une procédure de suicide assisté.

Le livre

Masklinn et sa tribu de gnomes, hauts de 10 cm, survivent difficilement dans la nature hostile, près d’une aire d’autoroute. Lassés de lutter pour trouver de la nourriture, ils montent un jour dans un camion et se retrouvent dans le Magasin, remplis de gnomes qui n’ont jamais vus le Dehors et refusent même d’admettre qu’il existe. Seulement Masklinn ne tarde pas à découvrir que le Magasin va être détruit dans quelques semaines. Commence alors une quête effrénée pour abriter des milieux de gnomes : l’espace serait-elle une solution ? car il paraît que les gnomes viennent d’une étoile lointaine … Lire la suite

Les romans non chroniqués en avril … que je n’ai pas aimés !

La Villa des mystères / Federico Andahazi (2004)

villa

Il y a quelques mois, en errant dans les allées du Salon du Livre de Paris 2014, je me suis perdue dans les méandres du stand argentin et je me suis tombée sur un intriguant petit roman : La Villa des mystères de F. Andahazi.

Été 1816 : le temps est exécrable sur les rives du lac Léman. Désœuvrées, Lord Byron, Percy et Mary Shelley, Claire Clairmont et le docteur Polidori, hôtes illustres de la villa Diodati, se lancent un défi littéraire : écrire l’histoire gothique ultime, la plus sombre, la plus originale.

Une histoire connue, mais ici réécrite par la plume de Polidori, secrétaire méprisé par Byron, qui rêve d’écrire un chef d’oeuvre, alors qu’il incarne l’être humain dans médiocrité et sa fragilité. Au sein de cette villa terrifiante, il va se mettre à recevoir d’étranges lettres anonymes qui vont soulever le voile sur une sombre histoire inconnue du grand public … qui va inspirer Polidori pour son personnage du Vampire

Court roman, La Villa des mystères m’a laissée sur ma faim : je m’attendais à une réécriture intéressante de cette période littéraire alors qu’en réalité l’auteur nous propose une interprétation un peu écœurante de l’histoire de la littérature, à travers un être ignoble qui aurait inspiré les plus grands écrivains. D’abord happée par ma lecture, j’ai rapidement été dégoûtée et puis j’ai totalement décroché devant le n’importe-quoi que devenait ce roman, le terminant en étant déçue …

Je vais cependant finir sur un point positif car l’auteur invente une machine formidable : la machine à lecture qui analyse si le roman est publiable ou pas ! Il raconte ainsi l’anecdote de l’inventeur de la machine qui se suicida après avoir soumis son propre texte à sa création …

Je me suis ainsi prise à rêver de cette machine qui nous débarrasserait de contenus à jeter, sur le plan spirituel ou formel … Lire la suite

La longue Terre / Terry Pratchett et Stephen Baxter (2013)

pratchett

 

Un jour, sur Terre, un savant un peu fou branche un câble sur une pomme de terre, fait un pas de côté et … change l’humanité ! Il découvre ainsi la Longue Terre, une déclinaison à l’infini de notre vieille Terre, mais vide de tout humain et donc à conquérir … A la suite des premiers aventuriers et conquérants en herbe, vont partir des vagues de colons souhaitant tenter leur chance dans un monde différent, un peu comme les « conquérants » de l’ouest américain. Un seul problème : le fer ne peut pas passer. Tout est donc à reconstruire de l’autre côté, comme aux premiers temps de l’humanité (et les livres papiers reprennent du galon !.

Mais très vite, se posent d’autres questions : comment les gouvernements peuvent-ils contrôler ces nouveaux mondes ? Comment empêcher les délinquants d’échapper à la justice en franchissant les frontières terrestres ? Comment tout simplement appréhender un univers infini, et une Terre qui, d’un seul coup, laisse assez d’espace pour tout le monde et offre des possibilités illimitées ?

Et puis tout le monde n’est pas égal par rapport au Passage : certains en sont incapables. Des enfants, des grands-parents sont ainsi abandonnés par leur famille qui se découvrent une âme de colons. Comme dans tout système qui se respecte, un groupe « anti-Longue Terre » nait et se rebelle …

Lire la suite

Big Fish : A Novel of Mythic Proportions / Daniel Wallace (1998)

big fish

« Edward Bloom used his time wisely, reading. He read almost every book there was in Ashland. A thousand books – some say ten thousand. History, Art, Philosophy. Horatio Alger. It didn’t matter. He read them all. Even the telephone book. They say that eventually he knew more that anybody, even Mr Pinkwater, the librarian.

He was a big fish, even then. »

Le père de William, Edward, est mourant. Mais dans sa vie extravagante, même cette action inéluctable n’est pas si facile : William lui imagine alors plusieurs morts possibles, toutes graves et drôles à la fois, tentant de lui faire honneur.

« I wanted to be a great man. A big fish in a big pond. » Lire la suite

Quand je rencontre le Dracula de Bram Stoker … (1897)

dracula

Tout le monde connaît Dracula bien sûr ! Depuis la fin du XIXe siècle avec la publication du roman de Stoker, les romans, films, jeux vidéos, bande-dessinées ont pullulé autour de cette figure qui a contribué à populariser le vampire. Mais êtes-vous sûrs de connaître le vrai Dracula, l’originel ?

Bram Stoker n’a pourtant pas tout inventé : tout au long du XIXe siècle, plusieurs romans ont été publié sur ce thème, particulièrement avec la mode du roman gothique en Angleterre au début du siècle. Citons entre autres The Vampire de Polidori (1819), Carmilla de Le Fanu (1871) ou même Le Château des Carpates de Jules Verne (1892).

Rajoutons que son texte n’est pas extraordinaire : si la construction est originale, puisque c’est un roman épistolaire composé de différents textes écrits par tous les protagonistes (sauf Dracula lui-même), le style peut parfois être lourd, et l’histoire avance très lentement.

Alors pourquoi ce succès ? Lire la suite

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :