Recherche

Le Blog des Livres qui Rêvent …

Catégorie

Roman

Rattrapage de printemps : R. Haden, L. Shepard et A. Lapierre

Il est temps de vous parler de quelques-unes de mes dernières bonnes lectures ! Très différentes, elles m’ont pourtant intéressé à plusieurs titres.

Moura, la mémoire incendiée / A. Lapierre (2016)

Grâce à Alexandra Lapierre, j’ai d’abord découvert la personnalité extraordinaire de Moura, aristocrate d’origine russe qui a vécu mille vies : de la révolution bolchevique aux deux guerres mondiales, elle a côtoyé les plus grands du XXe siècle. Staline, Churchill, De Gaulle, aucun n’a été insensible à son intelligence, à sa vivacité, à son charme. Muse de Maxime Gorki et compagne de H. G. Wells, elle traverse le siècle, méconnue aujourd’hui et pourtant grandiose dans ses actes et sa destinée.
La maîtrise narrative d’Alexandra Lapierre rend ce roman passionnant, on dévore la vie de Moura, qui est en elle-même un vrai roman ! En même temps, elle ne cache pas les côtés sombres de la vie de son personnage, ses compromissions et les suspicions qui l’ont accompagné toute sa vie : espionne ? communiste ? aristocrate ? Qui est-elle ? Je vous laisse le découvrir à votre tour dans cette enquête palpitante, où l’on se glisse dans les pas de Moura en la suivant dans les coulisses de l’Histoire.

Lire la suite

Le nouveau / Tracy Chevalier (2018)

Depuis des années, j’attends avec impatience les publications de Tracy Chevalier. J’ai adoré tous ces textes, avec un petit bémol sur l’avant-dernier, A l’orée du verger, que j’ai trouvé plus violent que d’habitude. Ce que j’admire chez elle c’est la grande variété de sujets qu’elle peut aborder, de l’art (La jeune fille à la perle) à la paléontologie (Prodigieuses créatures), en passant par l’esclavage (La dernière fugitive). Jamais elle ne se lasse d’explorer des thématiques historiques ou sociétales. Le Nouveau entre plutôt dans cette dernière veine, et tranche avec ce qu’elle a écrit précédemment : on sort des portraits de femme et de l’Histoire pour scruter, le temps d’une journée, une cours de récré d’une petite école primaire américaine. 5 parties, 5 moments anodins d’une école, qui font les 5 actes d’une véritable tragédie dont on voit les germes dès les premières pages. Une réécriture originale du drame d’Othello, pièce emblématique sur le racisme, à l’échelle d’une cour de récréation.

Lire la suite

La troisième Hemingway / Paula McLain (2019)

Martha Gellhorn a 27 ans quand elle rencontre Ernest Hemingway, de 9 ans son aîné. Nous sommes en 1936 et les deux futurs amoureux écrivent, voyagent, protestent contre le régime de Franco, vont se battre en Espagne. De temps en temps, une pause les reconduit aux Etats-Unis pour se reposer près de la rivière préférée d’Ernest. Après quelques années de liaison, Martha devient la « troisième Hemingway », suite au divorce de l’écrivain avec sa femme Pauline, avec qui il eut 3 enfants. Martha saura t-elle trouver sa place auprès de ce géant ?

Lire la suite

Trois fois la fin du monde / Sophie Divry (2018)

Après un braquage qui se termine mal, dans lequel son frère perd la vie, Joseph se retrouve en prison pour complicité. Il va découvrir l’horreur de la promiscuité, les brimades, les corruptions. Il va devoir choisir son camp, pour en sortir vivant. Et puis, deuxième fin du monde : un cataclysme s’abat sur la France.

La mort vint un matin.
Il a suffi d’une longue fissure, d’une explosion.
De l’air soufflant la mort par des rayons.
D’invisibles radiations et tout a commencé.
D’invisibles radiations qui très vite ont tué.

Alors c’est la liberté totale pour Joseph, la vie à la campagne, la débrouille, et le retour de la foi en la vie humaine …

Lire la suite

La baleine thébaïde / Pierre Raufast (2017)

Après ma dernière lecture de Pierre Raufast, Habemus Piratam, cela m’a donné envie de découvrir un de ses textes plus anciens, que j’avais raté à l’époque. Quand j’ai vu qu’en plus il parlait vraiment de baleines et de jeunes idéalistes, je n’ai plus hésité !

Lire la suite

Comme à la guerre / Julien Blanc-Gras (2019)

En 2015, la naissance de son fils change la vie de Julien Blanc-Gras. Quelques mois plus tard, les attentats de novembre changent la vie des Français. On entre dans une nouvelle ère, qui questionne, effraie, en particulier lorsqu’on vient d’introduire un nouvel être dans le monde, qui devra vivre avec. On entre dans « Une guerre asymétrique, bizarre, inédite, sans début, et peut-être sans fin, la première guérilla mondiale ».

Lire la suite

Ecotopia / Ernest Callenbach (1975)

Trois États de la côte ouest des États-Unis – la Californie, l’Oregon et l’État de Washington – décident de faire sécession et de construire, dans un isolement total, une société écologique radicale baptisée Écotopia. Vingt ans après, l’heure est à la reprise des liaisons diplomatiques entre les deux pays. Pour la première fois, Écotopia ouvre ses frontières à un journaliste américain. Au fil de ses articles envoyés au Times-Post , William Weston décrit tous les aspects de la société écotopienne : les femmes au pouvoir, l’autogestion, la décentralisation, les 22 heures de travail hebdomadaire, le recyclage systématique, le rapport à la nature, etc. Quant à son journal intime, il révèle le parcours initiatique qui est le sien ; d’abord sceptique, voire cynique, William Weston vit une profonde transformation intérieure. Son histoire d’amour intense avec une écotopienne va le placer devant un dilemme crucial : choisir entre deux mondes.

Lire la suite

Un peu de voyage en deux romans et un essai !

voyage

Les voyages rythment ma vie, en France et à l’étranger. Et les récits de voyages rythment mes lectures, d’un bout à l’autre du monde ! Aujourd’hui nous embarquons d’abord à bord du transsibérien avant de faire les touristes auprès de Julien Blanc-Gras et de terminer en récapitulant tout ça avec Marc Wiltz qui a énuméré les meilleurs récits et expériences de voyages dans la littérature. Lire la suite

Quelques bonnes lectures récentes épisode 2 : A. Bello, D. Adams et J. Berthier !

lapin

Si vous lisez régulièrement ce blog, vous commencez à avoir l’habitude de ce petit lapin blanc … Je suis toujours dans ma vertueuse décision de chroniquer mes dernières lectures et je m’y tiens ! Aujourd’hui deux romans français récents, et un roman classique de science-fiction anglais 🙂 Lire la suite

Lectures audio : P.K. Dick, E. Brontë et S. Brierley

club audible

Je ne vous parle pas assez de livres audio en ce moment, alors que pourtant ils m’accompagnent partout : en randonnée, à vélo, en cuisinant, en faisant du sport … Voilà donc la lacune rattrapée avec les trois derniers que j’ai eu le plaisir d’écouter !

Trois romans extrêmement différents, trois époques et trois styles ! Lire la suite

Quelques bonnes lectures récentes : Brontë, Yoshikawa et Coe

lapin

De temps en temps, j’essaie de rattraper mon retard de chroniques parce que je tiens vraiment à vous parler de mes dernières lectures. Voici donc trois d’entre elles qui n’ont pour point commun que mon opinion positive dessus ! 🙂 Deux classiques, un japonais et un anglais, et un contemporain d’un auteur que j’ai découvert il y a peu mais que j’ai beaucoup aimé, Jonathan Coe. Lire la suite

3 romans écologiques pour le prix d’un : J.C. Rufin, G. Nygardshaug et C. Brunel

La guérilla des animaux de Camille Brunel, Le Zoo de Mengele de Gert Nygardshaug, Le parfum d’Adam de Jean-Christophe Rufin : ayant lu ces trois romans dans un temps très rapproché, je me suis dit que c’était l’occasion d’en fait un article commun ! En effet, ils ont pour thématique l’écologie et l’environnement, même si les auteurs ont choisi trois angles différents pour aborder ces sujets. Néanmoins leurs démarches sont proches, vous allez comprendre pourquoi.

guérilla

« Lorsque les chauves-souris commencèrent à tomber du ciel australien, quelque chose changea chez ceux qui en furent témoins. On avait eu moins de mal, au fil des siècles, à convaincre les gens de l’existence d’une entité supérieure toute-puissante que de l’intelligence des abeilles, des daims, des opossums et des oies sauvages. Ce jour-là on se mit à douter. Dieu existait peut-être un peu moins que les animaux eux-mêmes. »

Paru pour la rentrée littéraire 2018, La guérilla des animaux est un roman qui prend aux tripes : Isaac est un jeune homme plein de colère, en particulier pour les braconniers ou les chasseurs qui détruisent sciemment la nature et parfois des espèces protégées. Les premières pages du roman nous conduisent dans la jungle indienne, alors qu’Isaac abat des chasseurs venant de tuer une tigresse sur le point d’accoucher. D’un point à l’autre du globe nous le suivons dans sa démence vengeresse, pourtant argumentée et froidement calculée. Il décrit l’échec d’Isaac qui symbolise l’échec de l’animal : rendu fou furieux par ces massacres, l’homme décide d’en finir une bonne fois pour toutes avec toute vie animale … C’est un premier roman prometteur mais qui, pour moi ne va pas assez loin : le problème ne vient pas de quelques braconniers mais de bien plus haut, en particulier des Etats qui laissent faire et de l’ONU impuissante à protéger la planète.

En cela, le roman de l’auteur norvégien, premier tome d’une trilogie aux formes de thriller écologique, creuse la question plus en profondeur.

mengele

Mino a 6 ans quand son village et sa famille sont massacrés par des soldats sans scrupules qui veulent faire place nette pour un nouveau puits de pétrole dans la jungle amazonienne. Après bien des déboires, le jeune homme monte un plan de grande ampleur pour s’attaquer aux industriels qui détruisent la planète, par des barrages, la destruction de forêts, ou tout autre projet qui implique le massacre ou le déplacement de populations ou d’animaux. Le plan est parfait et l’auteur décrit avec efficacité la panique qui se répand dans les milieux industriels, tandis que la conscience populaire commence à bouger … Remarquablement documenté (publié en 89, tout est encore d’actualité), le roman est aussi très bien écrit, en particulier pour ses descriptions magnifiques de cette nature si belle qui est détruite davantage à chaque minute qui passe.

« Ils n’emploieraient ni armes à feu ni explosifs.Beaucoup avant eux avaient essayé de changer le monde en employant ce genre de moyens, et ils avaient échoué.Pour parvenir à des changements aussi radicaux, les humains devaient,comme toute autre créature sur cette planète, faire preuve d’humilité. Une simple bourrasque d’automne ne suffisait-elle pas à faire tomber toutes les feuilles jaunies d’un arbre ? Et une petite goutte d’eau, en gelant dans une fissure de roche, ne finissait-elle pas par faire éclater toute une montagne ? »

rufin

Pologne, printemps 2005. Juliette est une jeune militante écologiste, fragile et idéaliste. Elle participe à une opération commando pour libérer des animaux de laboratoire. Cette action apparemment innocente va l’entraîner au cœur d’un complot sans précédent qui, au nom de la planète, prend ni plus ni moins pour cible l’espèce humaine.

Voilà enfin une troisième réponse à la question de l’environnement : l’homme est l’espèce la plus polluante pour la planète, pourquoi ne pas en éradiquer sa partie la moins utile, c’est-à-dire les plus pauvres ? Sur fonds d’écologie radicale, J. C. Rufin va bien plus loin que les deux romans précédents en proposant un discours sortant du paradigme homme / animal. Un thriller brillant qui retourne nos idées reçues.

***

Pour conclure, ces trois romans sont la preuve, chacun à leur époque, que l’écologie est une question d’importance dans la littérature, qui répond ainsi à une de ses missions possibles : nous faire réfléchir, nous faire sortir de notre zone de confort, interroger notre relation à la planète, aux autres êtres qui y vivent et qui ont autant le droit que nous à la sécurité et au bonheur. Quand en plus, ce sont de très bons romans, remarquablement écrits et bien menés, peut-on demander davantage ? 

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :