Recherche

Le Blog des Livres qui Rêvent …

Catégorie

Littérature italienne

Acquanera / Valentina d’Urbano (2015)

acquanera

 

Quatre femmes : Clara, Elsa, Onda, Fortuna.

Un lieu : Roccachiara, au bord d’un lac.

Et puis des ombres, des morts, de mystérieux pouvoirs.

Voilà les personnages du second roman de Valentina d’Urbano, après Le bruit de tes pas qui m’avait bouleversée. Lire la suite

Le poids du papillon / Erri de Luca (2012)

poids papillon

« Sa mère avait été abattue par un chasseur. Dans ses narines de petit animal se grava l’odeur de l’homme et de la poudre à fusil. »

Dans la montagne d’Erri de Luca, deux animaux cohabitent : le chamois et l’homme. Le premier se moque du second, le second peut être mortel au premier. Dans la montagne d’Erri de Luca, deux êtres surhumains vont s’affronter : le roi des chamois et le roi des chasseurs. Les deux sont des solitaires, méfiants et endurcis. Ils se ressemblent plus entre eux qu’à leurs propres espèces.

Et pourtant … Lire la suite

Typos – Poison noir / Guido Sgardoli (2014)

typos

Alerte à Maximum City ! Dans ce second tome des aventures de l’équipe de Typos – 4 journalistes en herbe, dotés de mystérieux pouvoirs les aidant dans leurs enquête – cette dernière va devoir affronter une méchante multinationale prête à disséminer un poison noir menaçant les cultures du monde entier. Il leur faudra tout leur courage, leur détermination et leur amitié pour remporter cette aventure. Mais qu’à cela ne tienne, ils ne reculeront devant rien pour faire éclater la vérité.

« C’était uniquement grâce à leur héroïsme discret que les vérités cachées pouvaient remonter à la surface. Et si les vérités desservaient le système, comme c’était généralement le cas, le prix à payer pouvait être énorme. » Lire la suite

Les lois fondamentales de la stupidité humaine / Carlo M. Cipolla #Bestofthebest7

Je remercie Babelio et les PUF pour l’envoi de ce livre décapant qui a été comme une étoile filante le temps d’une soirée.

Postulat de base : « L’humanité est dans le pétrin. »

Voilà pourquoi :

1) Chacun sous-estime inévitablement le nombre d’individus stupides dans le monde

2) Cette proportion d’individus stupides est indépendante de toutes les autres caractéristiques de l’individu (il peut être pauvre, riche, enseignant, chômeur, étudiant, ouvrier, etc.)

3) La définition de l’individu stupide : c’est celui qui agit de manière néfaste pour un autre individu ou un groupe, mais sans bénéfices aucun pour lui-même. Il est impossible de le comprendre rationnellement, et il nous prend souvent au dépourvu.

4) Il ne faut donc jamais sous-estimer la puissance destructrice des individus stupides. C’est toute l’histoire des défaites de l’humanité qui est expliquée ici.

5) « L’individu stupide est le type d’individu le plus dangereux. » Lire la suite

Les romans non chroniqués en mai …

Le saut du requin / Romain Monnery (2013)

monnery

« Vous savez ce qu’elle m’a demandé l’autre soir ?

  • Non

  • Elle m’a demandé si je l’aimais

  • […]

  • Alors là, mon vieux, c’est le saut du requin … »

Lire la suite

L’histoire d’amour dont vous êtes le héros ! Pandora Reggiani (2014)

amour pandora

Si vous vous souvenez comme moi des livres dont vous êtes le héros, vous ne pouvez qu’être alléché par ce livre novateur : un livre dont vous êtes le héros … mais pour adultes ! Car il s’agit ici de créer sa propre histoire d’amour selon sa personnalité, les choix que l’on fera, etc.

« Oui. Je l’admets volontiers, je suis la prêtresse de la lose, la reine de la perte de temps, la comtesse du plan foireux. J’ai tellement bien réussi mon coup que j’arrive à en rigoler. À en faire des théories. J’ai rassemblé tout ça dans une série de petits billets, qui se lisent au gré de l’aventure, comme les livres d’aventures dont vous êtes le héros ».

Avec cette entrée en matière, on se dit tout de suite que Pandora Reggiani n’est pas du genre à se prendre au sérieux ! et on aura raison !

Lire la suite

Canal Mussolini / Antonio Pennacchi (2010)

canal mussolini

« Quoi qu’il en soit, pour être honnête […], je vais vous raconter la vérité jusqu’au bout, tout au moins telle que je la connais et telle que mes oncles me l’ont relatée : nous avons, nous aussi, magouillé un peu. « 

C’est ainsi que commence l’histoire des Peruzzi, à l’heure de leur gloire c’est-à-dire sous Mussolini, des années 1920 aux années 1940. Des années que le narrateur n’a pas connues mais dont il a entendu maintes fois le récit de la bouche même de ses oncles.  Lire la suite

Le bruit de tes pas / Valentina D’Urbano (2013)

bruit de tes pas

« Le bruit de tes pas, ton odeur qui s’évapore sur l’oreiller, la lumière du jour où tu m’as abandonné. ». C’est le cri de douleur de Bea l’Italienne, née et élevée dans la terrible cité baptisée La Forteresse, Bea la jumelle qui vient de perdre son jumeau Alfredo, emporté par un des fléaux qui suit la misère et un avenir bouché.

Le temps de 275 pages, Bea revient sur ce que fut sa vie avec Alfredo, leur rencontre à 9 ans, leurs combats, leurs déchirures dans un environnement qu’ils habitent et qui les habitent, au point de leur être fatal. Car il n’est pas facile de grandir sans espoir d’avenir, d’intégration à la vie moderne : « On était des individus peu recommandables, que personne n’acceptait d’embaucher, les rebuts de la société. Tous les désespérés avaient afflué ici, donné vie au quartier et mis au monde des enfants à l’avenir encore plus sombre. » Ces individus dont on a peur, qui sont les fruits d’une société dévoyée qui rejette ses pauvres à sa marge, ces individus vivent, travaillent (parfois), aiment, mangent … et meurent. Lire la suite

Les aventures de Pinocchio / Carlo Collodi (1881)

Au départ était une bûche. Une bûche malicieuse. Donnée par un bûcheron à l’artisan Gepetto, ce dernier décide d’en faire un pantin de bois. Mais bientôt sa créature lui échappe et se révèle être un mauvais garnement sans respect pour personne, pas même pour son père / créateur. Très vite il décide (et il le répétera régulièrement) qu’il n’est « pas né pour travailler. »

Nous suivons alors les traces des méfaits et bêtises de Pinocchio, régulièrement puni de sa sottise, malgré de bonnes intentions parfois. On le voit suivre tous ses mauvais penchants et s’embarquer dans des aventures étranges (un peu lassantes au bout du compte). Transformé en âne puis croqué par un requin, il perd la confiance de ceux qu’il aime, comme la fée ou Gepetto : « les enfants paresseux qui, prenant en grippe les livres, l’école et les maîtres, passent leurs journées à ne rien faire, à jouer et à s’amuser, finissent tôt ou tard par se transformer en petits ânes ». La morale est en effet un peu lourde parfois …

Au final, si Pinocchio est l’archétype de l’enfant désobéissant et paresseux, sans éducation, on découvre petit à petit qu’il a tout de même un bon fond, et peut même se montrer très courageux parfois. 

Ce Pinochhio de Collodi est le type même du livre jeunesse du 19e siècle. Ecrit non pas pour divertir, mais surtout pour instruire : « Malheur à ces enfants qui se rebellent contre leurs parents et qui par caprice, abandonnent la maison paternelle ». J’ai peu d’affinités pour ce genre d’ouvrage mais il était cependant intéressant de découvrir cette histoire, désormais un classique grâce au chef d’oeuvre de Walt Disney. Chef d’oeuvre dont je vais vous parler dès à présent, en regard de ma lecture.

Après avoir donc revisionné l’adaptation de Walt Disney, quelques mots supplémentaires : le film est plus soft, Pinocchio nous est plus sympathique. S’il reste aussi désobéissant, les punitions sont moins sévères (il n’a que des oreilles d’âne alors que dans le film il se transforme en entier). Disney a rajouté une touche plus poétique avec les chansons, et plus drôle avec le personnage de Jiminy Crickett, qui apparaît très peu dans le roman.

Globalement, Disney en a fait un film de notre temps, alors que l’ouvrage de Collodi est très marqué 19e siècle. 

***

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :